Un soir au débat

Hier soir, tout en corrigeant quelques copies de rattrapages, je regardais d’un oeil distrait le débat socialiste des primaires. Voilà un exercice démocratique de haute volée, qui m’a pourtant laissé sur ma faim. Je m’explique

Autant le ton courtois, la mise retenue, et, j’ose le dire, la convenance des différents candidats m’ont plu, autant leur propension à balayer des années de socialisme d’un revers de main m’a surpris, et attristé. J’aurais aimé entendre quelques remarques sur la crise économique, sur la légalisation du cannabis ou, bien sûr, un positionnement sur la brûlante question collectiste; mais je suis certainement un idéaliste. Les hommes politiques d’aujourd’hui, comme le disait Lamotte, n’ont plus l’envergure de ceux d’hier.

Je me suis donc contenté d’observer attentivement l’élocution des six impétrants. Et bien, j’ai été convaincu. Le verbe ferme, la voix de baryton soutenue et la maîtrise des crescendos de François Hollande a suffi à me persuader. Le 9 octobre, c’est à lui qu’ira mon vote.

Cette certitude acquise, je suis retourné à mes copies -j’y trouve une intelligence plus vive que chez ces politiques décatis, et j’y puise l’espoir d’une France meilleure.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s