Présidentielle 2012 : l’inquiétant Monsieur Bourson

Patrick Bourson

 

La France, on le sait, est le pays des caractères forts – et des 365 fromages. Son peuple fier et révolté par nature sait produire les plus beaux exemples de dévouement, de hardiesse et d’esprit d’entreprise. C’est pourquoi, à première vue, des aventuriers de la politique tels que Nicolas Miguet, Olivier Besancenot ou Patrick Bourson attirent la sympathie, même s’ils prêtent à sourire : voici des hommes dévoués tout entier à leur patrie, à la défense du contribuable contre les spoliateurs, à la préservation des traditions contre l’odieux « monde mondialisé » (Bloch-Ladurie, 2011).
A y regarder de plus près, pourtant, le dénommé Bourson, qui se présente lui-même comme « fils d’une naine et d’un soldat américain », n’est pas de la même trempe que les autres petits candidats fantasques, les Miguet et autres Hervé Morin. Ancien du FN, passé par la case prison après « des erreurs de jeunesse », il affiche pourtant une mine débonnaire et un programme plein de bon sens (à l’exception de la suppression de l’ENA, affreux exemple de démagogie), servis par une verve exceptionnelle, et un amour du peuple qui transparaît dans chacune de ses interventions audiovisuelles. Autant d’atouts qui peuvent rassembler autour de lui de nombreux soutiens, et peut-être quelques millions d’électeurs.
Il est temps, en effet, de rompre avec l’aveuglement auquel conduit la dictature des sondages : non, Marine le Pen ne fera jamais un score comparable à ceux de son père. Lamotte, dans ses derniers mois, pressentant la défaite de Ségolène Royal, me le disait souvent : « Jamais, mon petit Fernand, les Français ne se donneront à une [femme]. Qui garderait les enfants, sinon ? »
Celui qui relèvera le flambeau du populisme, c’est donc lui, l’homme aux cent vies, organisateur du plus grand barbecue du monde : pour nous, gens de gauche, Patrick Bourson est L’Ennemi.

Publicités

1 commentaire

Classé dans politique

Une réponse à “Présidentielle 2012 : l’inquiétant Monsieur Bourson

  1. Pingback: Marcel Barbu, l’incompris | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s