Sauver la Grèce : la solution collectiste

Les grands hommes ont parfois leurs errements. Lorsqu’il était président de la République, François Mitterrand avait ses habitudes dans un petit bistrot de Bastille, « Chez Loulou » ; et son plat préféré était la langue de boeuf aux morilles, que Madame Jeanpierre lui confectionnait avec amour. Un jour de mars 1991, le couperet tomba : son médecin lui annonça que, s’il ne cessait pas ces agapes excessives, sa maladie empirerait et l’emporterait. On connait la suite : l’entêtement gastronomique du meilleur socialiste de son temps eut raison de lui.

A l’heure où j’écris ces lignes, la Grèce est, elle-aussi, placée face à ses responsabilités. Menacée d’une faillite imminente, elle hésite, tangue et vacille. C’en est fini de Papandréou, Papademos est déjà mal en point… Comme dirait Marcel Rufo, on se demande quel Papa les Grecs cherchent ! Mais ce n’est pas l’occasion de faire de l’humour. Sous la férule des eurocrates et des marchés financiers, le peuple grec saigne, et il s’apprête à vivre de longues années de souffrance.

Il y a pourtant une solution. Pas celle des bolcheviks inflationnistes, qui veulent faire prêter la BCE directement aux Etats – et pourquoi pas distribuer de l’argent de poche aux enfants, tant qu’on y est ? Allons donc. Pas celle des nostalgiques du Reich qui veulent bouter hors de la zone euro les peuples inférieurs. Non, une seule solution doit s’imposer : la collectisation.

Collectiser la dette, ce n’est pas, bien entendu, la collectiviser. En tous cas, ce n’est pas nationaliser les banques. Et d’ailleurs, pour quoi le ferait-on? Comment? En émettant des drachmes,peut-être ? Allons donc. Pourquoi pas revenir au troc, tant que l’on y est. Ce qui m’impressionne, dans ces discussions oiseuses, c’est leur vacuité. Car la solution collectiste est là, devant nous, et comme le dit Platon elle nous brûle les yeux par son évidence et sa beauté.

Et l’on ne peut pas dire que l’on ne connaisse pas les conséquences du collectisme, cette politique à la fois révolutionnaire et raisonnable. Les exemples historiques collectistes abondent, prouvant ses bénéfices, sa valeur : dès l’Antiquité c’est grâce à lui que César a éliminé ses concurrents ; Gutemberg l’a appliqué aux entreprises d’édition, avec le succès que l’on sait ; plus près de nous, c’est en tenant fermement aux principes collectistes que De Gaulle a vaincu la barbarie nazie.

Soyons clairs : appliqué à la situation présente, le collectisme ne présenterait que des avantages : réduction des coûts, augmentation du pouvoir d’achat, réduction du chômage et de l’effet de serre. Il aurait aussi pour bénéfice de remettre en avant la valeur travail, de retisser le lien social et de soigner le cancer.

Trêve de circonlocutions. Il faut agir. Voilà le programme collectiste de l’an 2011:

Tout simplement permettre à chaque ménage grec, transformé en institution financière autonome, d’émettre ses propres obligations à échéance courte gagées sur les swaps de CDS actuariels, cessibles à concurrence de la valeur du spread sur le marché interbancaire chinois. D’un autre côté, obliger les hedge funds à reprendre les junk bonds par une allocation conditionnelle des échanges syndiqués, et ce sans inquiéter la mercatique d’amont indispensable à la reprise économique appuyée sur le défaut de bilan asiatique.

La solution est trop simple, dites-vous? Et, bien, j’en ai parlé, en vain, à quelques collègues économistes qui n’y ont accordé qu’une attention limitée. Sans doute, aveuglés par leur fausse science, sont-ils passés à côté des fondements théoriques de ma démonstration, pourtant résumés en quelques pages dans le chapitre « économie, travail, bonheur, finance » de mon Que sais-je sur le collectisme. Je les y renvoie.

Puissent mes lecteurs porter la bonne parole : il faut à l’Europe une politique collectiste, ou renoncer à toute politique. Le XXIe siècle sera collectiste, ou ne sera pas.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Collectisme

9 réponses à “Sauver la Grèce : la solution collectiste

  1. Pingback: Proposition n°4 (Economie) : Un marché européen du charbon | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  2. lio

    « permettre à chaque ménage grec, transformé en institution financière autonome, d’émettre ses propres obligations à échéance courte gagées sur les swaps de CDS actuariels, cessibles à concurrence de la valeur du spread sur le marché interbancaire chinois. D’un autre côté, obliger les hedge funds à reprendre les junk bonds par une allocation conditionnelle des échanges syndiqués, et ce sans inquiéter la mercatique d’amont indispensable à la reprise économique appuyée sur le défaut de bilan asiatique »…Merci pour l’éclat de rire. Comme vous dites la solution est simple et il est bien difficile de comprendre pour quoi personne n’en parle [mode ironique Off]

  3. Un éclat de rire? Je ne suis pas sûr qu’il faille en rire. La Grèce est en train de sombrer, comme l’avait annoncé Georges-Guy Lamotte en son temps. Mais peut-être avez-vous raison, la simplicité de la solution provoque, et provoquera toujours, l’étonnement. Je devrais sans doute faire mine de la rendre plus complexe, en employant des mots savant -mais, par éthique professionnelle, je m’y refuse.
    Cordialement
    Bloch-Ladurie

  4. Pingback: La relance passe par la guerre | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  5. Pingback: Comment faire plier Angela Merkel | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  6. Pingback: Pour une taxe citoyenne sur les enfants | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  7. Pingback: "Shutdown" du gouvernement américain: quelles conséquences pour la France? | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  8. Pingback: Pariez sur la Coupe du monde à 100% de réussite avec mon calculateur collectiste | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  9. Pingback: La France doit racheter la Grèce pour un euro symbolique | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s