Proposition n°9 (Education): Remplaçons les mauvais lycées par des centres éducatifs fermés

L’échec scolaire est la plaie de notre beau pays. J’en parlais la semaine dernière avec une jeune journaliste au Figaro, Natacha Polony, qui a par ailleurs la particularité d’avoir participé, aux côtés de Georges-Guy Lamotte, aux grandes grèves de 1993 contre le CIP. Elle me fit une suggestion que je reprends ici, en la développant et en lui donnant un caractère plus social.

Il s’agirait de favoriser la concurrence entre établissements du secondaire, et de motiver les équipes enseignantes, en posant un principe couperet : après deux années consécutives où le taux de réussite au baccalauréat des élèves de l’établissement est inférieur à 60%, le lycée serait supprimé. Notre modeste contribution à cette fort intéressante idée serait de ne pas s’arrêter là : il faudrait profiter des infrastructures existantes pour les transformer en centres éducatifs fermés, par l’adjonction d’une simple clôture électrifiée, d’un mirador, et en transformant le gymnase en dortoir.

Pour éviter une augmentation du chômage consécutive au licenciement des enseignants incriminés, un reclassement leur serait proposé dans l’administration pénitentiaire, et sans changer de lieu de travail. Les professeurs de mathématiques deviendraient conseillers de probation, les professeurs d’anglais assistantes sociales, et les professeurs de sport, matons.

Il ne s’agit pas pour autant d’évacuer toute visée pédagogique de ce projet, et un certain nombre d’enseignements fondamentaux seraient conservés, pour préparer la réinsertion des élèves-délinquants à leur sortie du centre : cours de Corse et d’Arabe – toujours utile en prison –, instruction civique, chant, travaux agricoles.

Mesure radicale, certes, mais mesure de justice : qui à part nous, propose une véritable alternative à la prison aux jeunes délinquants ?

Publicités

5 Commentaires

Classé dans 30 propositions, politique

5 réponses à “Proposition n°9 (Education): Remplaçons les mauvais lycées par des centres éducatifs fermés

  1. Pingback: Proposition n°21 (Culture): une Agence nationale de lutte contre la mauvaise musique | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  2. bazbaz

    l’une des proposition les plus absurdes que j’ai jamais vu. Si tu veux faire la france d’un état pénitencier c’est le bon choix. As tu des gosses? les amènerais tu tous les matins à la prison pour qu’il étudie? Quel est la personne, prof ou pas prof, qui voudrait faire maton parce que son poste n’existe plus? souvent dans les lycée comme ça ia que les jeunes profs qui y vont. Jolie départ dans leur carrière.
    toi pour améliorer l’éducation française tu supprimes des lycées?
    En espérant que tu sois jamais au gouvernement.
    Belle meusure antisociale mon pote.

    • Cher monsieur
      non je n’ai pas d’enfants, mais je ne vois pas le rapport. Comme le disait un entraineur de football italien, qui n’avait jamais été footballeur, faut-il avoir été cheval pour être cavalier?
      Quant à ma proposition, je crois que vous la traitez à la légère. Je ne parle pas de tous les enfants, uniquement les mauvais. Si les autres mesures que je préconise sont appliquées (notamment la proposition n°5, relisez la: https://lactualiteselonblochladurie.wordpress.com/2012/03/27/proposition-n3-education-supprimons-les-notes-creons-les-points-euros/), leur nombre sera très bas et peu d’enfants seront donc concernés.
      Enfin, les jeunes profs seront bien contents, en ces temps de chomage, d’avoir un travail. Et, du reste, leur autorité sera plus respectée s’ils portent une matraque que s’ils se contentent de faire crisser la craie sur le tableau noir.
      En espérant vous avoir répondu
      F. Bloch-Ladurie
      PS: pour ce qui est du gouvernement, j’ai peur de devoir vous décevoir. Rendez-vous le 16 mai…

  3. Supprimons les « mauvais élèves », les « mauvais enseignants »… Je trouve votre propos réellement ahurissant! Et si, au contraire, on donnait enfin plus de moyens aux écoles qui ont un faible taux de réussite ? Vous parlez de « mauvais enfants », comme d’une plaie de la société, sans même songer qu’ils sont sans nul doute les premières victimes de leur propre échec. Vous avancez une concurence entre les établissements, en feignant de croire que celle-ci n’existe pas déjà… Comme si les élèves n’étaient pas, dès leur plus jeune âge, victimes des castes sociales, avec tout ce que ça implique, en matière d’éducation, d’égalités, de chances de réussite… Quant à vos « centre éducatifs fermés », vous prétendez leur donner un caractère « social » ? Quelle serait la prochaine étape ? Des camps de concentrations pour cancres, peut être ? Allons monsieur, reprenez-vous, sans quoi, vous pourriez donner envie à beaucoup de supprimer les « mauvais penseurs ». Qui sait ? Peut être en leur faisant faire un stage dans un « centre fermé qui dispenserait un peu de bon sens » ?

    • Vos questions et suggestions sont toutes marquées au sceau du même irénisme (il faut avoir le courage de regarder la réalité en face : oui, de très nombreux élèves sont des rebuts de la société dont on ne tirera rien), mise à part la dernière : certains de mes collègues auraient tout à gagner à passer une partie de leur carrière dans des camps de travail où ils apprendraient de quoi la vie est faite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s