Les derniers ralliements à Nicolas Sarkozy vont-ils faire pencher la balance?

On le sait, les campagnes présidentielles sont régulièrement marquées par des prises de positions de personnalités médiatiques plus ou moins connues, et ayant plus ou moins de poids. Comités de soutien, présence dans les meetings, déclarations tonitruantes dans la presse: voilà le lot habituel de toute élection.

Traditionnellement, on enseigne dans les écoles de sciences politiques -et, du reste, je le disais encore hier à mes étudiants dans mon cours de Leadership– que ce type de ralliement ne sert pas à grand chose, et que, finalement, il ne convainc que les convaincus. En effet, qui s’étonnera de voir Cali soutenir François Hollande, lui qui est à l’évidence un ami de la famille puisqu’il a déjà fait de même avec son ex-femme Ségolène Royal? Qui s’étonnera de voir Enrico Macias soutenir Nicolas Sarkozy, quand on sait qu’ils partagent le même accent nasillard? Qui s’étonnera, enfin, de la déclaration de Valéry Giscard d’Estaing, qui annonce voter pour Nicolas Sarkozy juste après la révélation du soutien de Jacques Chirac à François Hollande, prolongeant là, presque jusqu’à la tombe, une inimitié de près de 50 ans?

Bref, il n’y a là guère lieu de s’attarder. Pourtant, alors que François Bayrou a fait un choix des plus étonnants en appelant à voter pour le candidat socialiste -car n’a-t-il pas lui-même fondé un parti, le Modem, qu’il pourrait soutenir?- plusieurs ralliements à Nicolas Sarkozy sont, je crois, susceptibles de changer la donne car ils affectent des catégories cibles essentielles de cette élection.

Il y a, en premier lieu, la lettre solennelle de Mickael Vendetta, vedette de la télé-réalité, à Nicolas Sarkozy. Oh, j’entends d’ici les rires des biens-pensants du 5e arrondissement ; mais ils devraient prendre conscience qu’auprès de la jeunesse de France, qui admire ce genre de self-made man, un tel soutien a un énorme poids! Kimberley, mon étudiante, me le faisait remarquer hier : là, la jeunesse risque de basculer pour la droite.

Il y a, ensuite, le soutien résolu et massif du chanteur de l’amour Didier Barbelivien. Même si cela n’est pas une surprise (il avait fait de même en 2007), cette fois ce sont les jeunes femmes, sensibles au romantisme et chez lesquelles l’émotion domine parfois la raison, qui risquent de vaciller.

Il y a aussi le ralliement inattendu, mais décisif, d’Ingrid Bétancourt : voilà qui saura convraincre les électeurs de gauche hésitants, même si certains diront, une fois de plus, que cette famille, qui possède L’Oréal rappelons-le, est bien trop engagée auprès du président sortant.

Il y a, enfin, l’appel au vote Sarkozy de Virginie Caprice, célèbre star de la mode et du cinéma (photo), et dont l’avis est suivi par des millions de fans. Là, ce sont les hommes, ceux qui n’ont pas froid aux yeux et n’ont pas peur de leur virilité, qui risquent d’hésiter au moment de mettre un bulletin Hollande dans l’urne. Je dois dire que moi-même, j’ai besoin de toutes les ressources de mon analyse politique pour rester ferme sur mes convictions. Mais mes compatriotes, qui n’ont pas le même recul et le même niveau d’études, sauront-ils faire de même?

Voilà, je crois, tout l’enjeu du vote de ce dimanche. Il est, je l’affirme, bien plus serré que l’on veut bien le dire.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s