Une victoire qui en inaugure bien d’autres

Hier soir, la France a dit oui, pour la première fois, au collectisme. L’évidente filiation entre François Hollande et Georges-Guy Lamotte n’est plus à démontrer : je l’ai fait il y a quelques jours, et je prépare un séminaire de recherche dès le semestre prochain sur ce thème (« Pratiques discursives et représentations politiques : l’apport des recherches collectistes à l’historiographie du socialisme »). Pour l’heure, il faut avant tout souhaiter bon vent au nouveau président de la République, et le servir du mieux que nous pourrons, chacun à notre place. À l’évidence, je suis disponible, et quiconque aura besoin de ma compétence dans un cabinet ministériel peut me joindre dès qu’il le souhaitera.

Il faudra sans doute du temps pour comprendre ce qui s’est passé le 6 mai 2012. La victoire inespérée d’un candidat socialiste à l’élysée, 31 ans après François Mitterrand, bouscule le paysage politique français. J’ai moi-même beaucoup de mal, en ce lendemain de fête, à y voir clair, et à retrouver mes esprits. Emporté par l’enthousiasme du peuple de la Bastille, ivre de joie et de champagne tiède, je n’ai pas encore recouvré mes pleines capacités intellectuelles. Je vous promets pourtant d’en faire le meilleur usage ce soir, à la Librairie Générale du Blanc-Mesnil, où vous êtes tous conviés à 18h30, pour une séance de dédicaces et pour boire le verre de l’amitié – je me contenterai d’un alka-seltzer, si possible…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Collectisme, politique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s