Conseils pour un gouvernement de combat (1) : Jean-Noël Guérini à Bercy

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle série de propositions, sur le conseil de quelques dirigeants socialistes qui m’ont clairement laissé entendre que ce blog était très lu parmi eux. Je me suis permis de leur conseiller, au cas où, la lecture de mon dernier ouvrage, qui en dit bien plus sur le socialisme que tout ce que j’ai pu écrire ici. « Mais nous avons besoin de concret, et de mesures rapides », me répondit Jean-Marc A. Il n’en fallait pas plus pour exciter ma créativité, et réveiller l’impérieux désir de servir le bien commun qui m’habite : voici quelques conseils au futur premier ministre de François Hollande, pour former un gouvernement capable d’affronter les crises qui s’annoncent.

La droite laisse au nouveau président un bilan catastrophique, notamment du fait de l’immense dette publique qu’elle a creusée. Plombées par le service de la dette, et par diverses gabegies électoralistes (niches fiscales, TVA sur la restauration, éducation nationale), les marges de manœuvre budgétaires de l’équipe socialiste vont être très étroites. Pas question de se livrer à de dispendieux investissements publics, sous peine de sanctions des marchés, par l’intermédiaire des agences de notation. Pourtant la dépense publique, et notamment celle qui investit dans des projets d’avenir, est nécessaire à la relance de la croissance.

Équation insoluble ? Pas pour tout le monde. Certains grands élus ont su apporter la preuve, durant leurs mandats successifs, que l’orthodoxie budgétaire pouvait aller de pair avec un véritable contrôle public de l’investissement. La solution, vous l’aurez compris, se trouve dans les marchés publics. Faire fructifier l’argent du contribuable en le plaçant là où il rapporte le plus, tout en favorisant les emplois publics et en créant des synergies avec des entrepreneurs audacieux : c’est là le mandat, à n’en pas douter, du prochain ministre de l’économie. C’est aussi, on le comprend, le portrait craché de quelques grands commis du socialisme – deux ou trois tout au plus, à l’heure actuelle. Parmi ceux-ci, Jean-Noël Guérini allie un sens aigu de la justice, une carrière entièrement dévouée au socialisme (on se souvient que Gaston Defferre lui mit le pied à l’étrier), et quelques dossiers cachés dont la divulgation embarasserait certains, qui se donnent aujourd’hui des airs de sainte-nitouche. Il est temps de lui donner un poste à la mesure de son talent : le ministère de l’économie et des finances.

Pour que l’argent public fasse des petits : Jean-Noël Guérini à Bercy.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans gouvernance, politique

3 réponses à “Conseils pour un gouvernement de combat (1) : Jean-Noël Guérini à Bercy

  1. Pingback: Pour un gouvernement de combat (2): Najat Vallaud-Belkacem à la jeunesse et au sport | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  2. Pingback: Le prochain gouvernement : quelques informations en avant-première | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s