Mieux que la Gauche Populaire : la Gauche Plébéienne

L’un des enjeux du quinquennat qui s’ouvre est, à n’en pas douter, la refondation de la gauche de gouvernement. Maintenant que chacun des courants du PS a été récompensé par l’octroi de quelques postes de sous-ministres, il s’agit de se mettre au travail, à la fois pour gouverner, mais aussi, à plus long terme, pour faire vivre dans tout le pays l’idéal socialiste et entraîner les foules derrière nos drapeaux. Car ce qui manque à la gauche, ce ne sont pas des électeurs. C’est l’adhésion du peuple.

Beaucoup de mes collègues et néanmoins amis ont, d’ores et déjà, versé leur contribution à ce débat. Au premier rang de ces intellectuels engagés, on trouve la Gauche Populaire – Laurent Bouvet, Laurent Baumel, Laurent Guilluy et consorts. Leur credo : renouer avec « le sens du peuple », faire droit aux aspirations des classes populaires, et notamment à leur insécurité culturelle. Celle-ci viendrait de l’inquiétude que ressentent les ouvriers et employés blancs, face à l’arrivée des musulmans et des Noirs, qui menacent leur mode de vie traditionnel et sèment la peur dans les quartiers périurbains.

Que n’a-t-on dit sur ce courageux parti-pris ! Dans les revues scientifiques et sur Twitter, les insultes fusent : « plus dangereux encore que le FN » (Sylvain Bourmeau), le concept d’insécurité culturelle serait « pseudo-savant et dangereux » (Nicolas Offenstadt), et la Gauche Populaire chercherait à « mangé a tout les ratelier » (Nadine Morano). Pourtant, ce débat mérite mieux que des échanges d’injures. Mais encore faut-il prendre la peine de connaître l’histoire, si l’on veut faire autre chose que hurler avec la meute.

Que révèlent les textes de la Gauche Populaire, et en tout premier lieu, ses initiales ? À l’évidence, sa proximité avec la Gauche Prolétarienne. Pour ces intellectuels coupés du peuple, et qui cherchent à tout prix à renouer avec lui, l’enjeu est finalement le même que pour les maoïstes des années 1960 : sortir des bibliothèques, parler aux prolos, aux paysans, aux cafetiers, les entraîner dans le grand mouvement réformiste et social-démocrate dont la France a besoin. Toutefois, alors que l’ancienne GP avait entrepris de conscientiser un par un les prolétaires en s’établissant dans les usines, la Gauche Populaire a choisi une voie plus raisonnable, et plus efficace : convaincre les responsables socialistes d’adopter une « offre politique » qui fasse un peu plus populo, en inondant de leurs manifestes les  hebdomadaires et le web.

Je ne peux qu’encourager mes collègues à continuer dans cette voie, et je leur propose de franchir une étape supplémentaire. Pour convaincre Robert et Jeanine de se détourner du FN et de voter socialo, il faut rompre avec la « gauche caviar » non seulement dans les programmes, mais aussi dans les pratiques. Il faut donc, d’urgence, que le Ricard remplace le champagne dans les buffets de la République, que le marcel remplace le costard-cravate dans les ministères, que Solférino accueille quelques épisodes de La ferme célébrités, et qu’Arnaud Montebourg prenne des cours de diction auprès de Jacky Sardou. Il faudra également procéder à quelques nominations stratégiques, sur le modèle de la « dream team » que j’ai proposée, voilà quelques jours, à François Hollande : Jean-Marie Bigard à la culture, Olivier de Kersauzon aux relations avec le parlement, Patrick Sébastien à la tête de France Télévisions, etc. Il s’agit, vous l’aurez compris, de favoriser partout la vulgarité, qui est le trait caractéristique du peuple, et le principal ressort du vote FN.

Je propose de baptiser cette nouvelle orientation politique « la Gauche Plébéienne », pour marquer à la fois la synthèse entre Gauche Populaire et Gauche Prolétarienne, et pour retrouver le sens du peuple qui prévalait dans la Rome antique, lorsque les patriciens côtoyaient le populaire dans les arènes du Colisée, et gouvernaient en flattant les bas instincts de la plèbe. J’espère vivement qu’elle deviendra ce grand intellectuel collectif dont la pensée de gauche a besoin.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Divers, politique

2 réponses à “Mieux que la Gauche Populaire : la Gauche Plébéienne

  1. Pingback: Pourquoi les éditorialistes sont indispensables | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s