Remplaçons les peines de prison par des châtiments corporels

Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté (autrement dit : des prisons), vient de proposer une amnistie partielle pour les délinquants purgeant des peines « très légères », condamnés en 2012. L’objectif affiché de cette mesure est de lutter contre la surpopulation carcérale, dont son rapport annuel montre bien les effets terribles : manque d’hygiène, violences, propagation du sida et de la langue corse

Il faut pourtant, en matière de politique pénale, se défier des bonnes intentions qui, comme chacun sait, sont pavées des flammes de l’enfer. Un certain M. Beschizza n’a pas manqué de pointer la contradiction du raisonnement de M. Delarue : « On va donc relâcher dans la nature tous les maghrébins tueurs de policiers multirécidivistes, à cause du laxisme de la gauche ? » Comment ne pas entendre cet appel plein de bon sens, au moment où l’insécurité, même culturelle, grandit partout dans notre pays ?

Devant cette impasse politique, il faut, une fois de plus, revenir aux sources, et s’en remettre à Georges-Guy Lamotte. On se souvient que celui-ci s’était fait l’avocat, quelque temps avant Robert Badinter, de la suppression de la peine de mort, et de son remplacement par des châtiments corporels. Une lecture trop rapide, et éminemment biaisée, de sa proposition, avait conduit des opposants à courte vue aux pires amalgames : « sornettes », « barbarie médiévale », « absurdité fasciste »… que n’a-t-on pas entendu à l’époque ! Et pourtant, il faut une fois de plus reconnaître le coup de génie de cet homme que la classe politique a trop vite enterré. Quelle meilleure solution, en effet, que les châtiments corporels, pour éviter de surcharger nos prisons ? Un vol avec violence mérite sans doute d’être puni ; mais on peut préférer brûler au fer rouge son auteur, que de l’enfermer pendant un an. De même, un viol en réunion, acte ignoble si l’en est, appelle un châtiment exemplaire : pourquoi ne pas châtrer l’auteur des faits et lui couper quelques doigts, pour lui passer l’envie de recommencer ? Pour les crimes les plus abjects, enfin, comme le parricide ou la spéculation financière, on préfèrera la lapidation, interrompue au moment où elle risquerait d’attenter à la vie du coupable – la justice n’a pas le droit de tuer un homme, en République.

J’espère que M. Delarue saura entendre cette proposition que, à ma surprise, je n’ai trouvé nulle part ailleurs. Au besoin, je tiens à sa dipsosition un projet de loi tout prêt.

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Georges-Guy Lamotte, politique

3 réponses à “Remplaçons les peines de prison par des châtiments corporels

  1. Citizen Kohn.

    Quand l’ordre du jour est bousculé
    par le croisement des coulisses politiques
    et des autoroutes de l’information sous forme
    d’un message balistique à plusieurs étages,
    l’expertise magistrale qui vous caractérise
    ne devrait-elle pas illuminer la place publique
    de son avis et de ses conseils en la matière :
    qui, du président normal ou dans son entourage,
    mérite en l’occurrence de profiter de votre savoir
    et de votre expérience uniques de gestion du fond
    et de la forme en communication ?

  2. Citizen Kohn.

    L’usage de la couleur orange dans la première illustration
    est-il en rapport avec son choix par un parti politique en déclin
    et le dit déclin trouve-t-il de fait son explication par ce cliché ?

  3. Je suis choquée par autant de racisme et du simplicité de la réflexion. Des châtiment corporel ? Mais nous sommes aujourd’hui au XXIème siècle ! Les droits de l’homme existent et battre un homme c’est une faute que personne ne peut déterminer comme une solution. La délinquance ne peut-être régler que dès le départ (c’est-à dire dès l’enfance il faut revoir les écoles, les collèges) et c’est encore moins en battant ou en enfermant les gens comme des animaux que le problème sera réglé. S’il vous plait si la France a un jour une de ces lois, ce beau pays je devrai le quitter. La Violence amène la Violence.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s