Quelques réflexions à mon retour de vacances

Et oui! toutes les bonnes choses ont une fin et je suis donc, après quatre semaines d’absence, de retour à Paris. Ces quatre semaines, vous savez bien où je les ai passées, si vous avez quelque peu suivi l’actualité de ces derniers temps. J’ai pu profiter d’un repos bien mérité, me prélassant sur les plages en observant, autour de moi, un monde qui s’agite sans fin, rebondit et gesticule, toujours avec élégance…

Mais, comme tout intellectuel, je ne peux m’empêcher de penser. Et, bien que mon cerveau ait quelque peu ralenti son activité sous l’effet des divers mojitos et autres conversations avec Bahia, Katja ou Inga, j’ai tout de même eu quelques idées qui, je crois, pourraient utilement éclairer le nouveau gouvernement en cette rentrée qui s’annonce fort chargée. Je vais donc, dans les prochains jours et en l’attente du lundi 3 septembre, qui marquera officiellement la rentrée des classes, vous donner quelques-unes de mes plus intéressantes pensées de vacances.

Je commencerais donc par une courte analyse et une simple proposition. J’ai remarqué, sur les plages, une sorte de compétition malsaine concernant l’exhibition des corps. En effet, chez les hommes, c’est à qui rivalisera de muscles proéminents, de bronzage approfondi ou d’épilation intégrale. Or, il y a là une claire injustice. Car qui a le temps d’entretenir un corps d’athlète, sinon les dilettantes, les riches inactifs, les chômeurs ou les fainéants? Pas, en tous cas, ceux qui comme moi s’efforcent toute l’année de travailler au redressement de notre pays et ne peuvent fréquenter assidument les salles de sport.

Il y a là, à l’évidence, une totale injustice, qui fait que les jeunes femmes attirantes semblent réservées à ceux qui ne travaillent pas, et vivent donc aux crochets des forces productives, ou bien à ceux qui sont nés dans la richesse et n’ont pas mérité leur sort. Pour rétablir un semblant de justice sociale sur les plages, il faudrait donc valoriser bien plus l’esprit et le travail. Je propose donc d’interdire les plages de France à tout homme non titulaire d’un titre universitaire au moins équivalent à Bac+5, et par ailleurs de réserver les meilleures places (parasol, transat et proximité du bar) à ceux possédant un doctorat. Les autres pourraient se voir attribuer des plages spécifiques (proches des zones portuaires, par exemple). Quant aux femmes, elle ne seraient bien sûr pas concernées par une telle mesure: il ne faudrait pas que les plus brillants esprits de la nation ne se retrouvent qu’entre eux, et ils pourraient ainsi, un verre à la main et en bonne compagnie, tâter le pouls de la vraie France.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Divers, politique

4 réponses à “Quelques réflexions à mon retour de vacances

  1. Phil

    Cher Fernand Bloch-Ladurie,
    vos propositions sont proprement révolutionnaires, nul doute que la France se redresse en mettant à profit vos idées lumineuses. A ce propos, pourquoi ne pas profiter de celle-ci en envoyant les non-titulaires de titres universitaires repeupler la France ?
    En effet, si notre doux pays s’est fait honteusement spolier des territoires où il dispensait avec mansuétude les hautes et universelles vertus des Lumières, il subsiste encore des lieux qui attendent de la République qu’elle les ouvre au monde civilisé, je veux parler des Ardennes, de la Creuse, de la Lozère, voire du Berry qui, s’il m’en souvient, vit naître le cher grand homme, GGL.
    Bien cordialement

  2. Citizen Kohn.

    Il est en effet souhaitable que les vapeurs délétères des huiles bronzantes de basse extraction qui embrument vos sidérantes capacités de réflexion se dissipent avant que ne surviennent les prémices d’une rentrée prometteuse ! Avez-vous seulement pensé qu’il existe au moins deux solutions simples à l’injustice que vous pointez avec une pertinence toujours égale et ce sans poser la question difficile du mérite ? La première est d’interdire l’accès aux plages de jour, la lumière étant le premier facteur révélant les disparités anatomiques (hommage au bon sens de nos aïeux et à la chape culpabilisante de bien des cultures religieuses qui préconisent l’obscurité lors de certaines pratiques animales que la science tarde à découpler totalement de la fonction reproductrice !).
    L’autre solution, hâtivement taxée de radicale, consisterait à crever les yeux de la population superflue qui persisterait à s’entasser saisonnièrement sur les plages. Tout simplement. Et hop, ainsi plus d’éclats intempestifs des peaux luisantes d’athlètes de toutes sortes !

  3. Pingback: 2. Des plages plus sûres, partout en France | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s