2. Des plages plus sûres, partout en France

Je reprends ma série de propositions inspirées par mes vacances d’été.

Cet été, on le sait, une dizaine de personnes ont subi des attaques de requins sur les côtes de l’île de la Réunion. Ces incidents regrettables, qui ont fait trois morts à ce jour, doivent évidemment être évités par tous les moyens. Certes, trois morts, c’est finalement très peu en comparaison des centaines de personne qui meurent chaque jour de malnutrition, en Afrique ou dans le Pas-de-Calais. Mais qui dira la douleur des familles ? L’attente insupportable devant la salle d’opération ? L’impossibilité de reconstruire une vie normale lorsqu’un squale vous prive de l’usage de vos jambes et vous condamne à une existence de paria, de sous-homme ?

On ne peut, évidemment, mettre à mort tous les requins : outre que quelques écologistes agités pousseraient des cris d’orfraie, sur le mode « Vilains humains qui tuent des gentils poissons » (alors que c’est le contraire, au départ!), cette mesure serait beaucoup trop coûteuse à mettre en oeuvre. Il y a plus simple : il suffit de stériliser tous les requins qui croisent dans les eaux françaises. Au bout de quelques années, plus un requin français ne serait en mesure de se reproduire, et nos plages retrouveraient leur sérénité. On dépense bien des sommes astronomiques à la conservation de telle ou telle espèce d’insecte menacée par la construction d’une autoroute ; employons-les à bon escient et mettons en sécurité nos côtes.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Divers

5 réponses à “2. Des plages plus sûres, partout en France

  1. Professeur,

    Loulou Pacot, de Rouen, nous écrit directement, en réponse à votre suggestion: « Sa marche aussi sur les cons parce que tu en est un bon lol ».
    Il m’est apparu nécessaire de vous transmettre cette réaction de lecteur qui, adressée directement à nos services, se serait perdue sinon.

    Votre éditeur,

    David

  2. Citizen Kohn.

    Hélas (trois fois), la reprise de rythme semble encore bien lente après la coupure, légale et anachronique en temps de crise, des congés payés !
    En commençant par la fin, pour justifier des moyens, n’est-il pas océanologiquement infondé de nationaliser ainsi que vous le faites des animaux qui pourraient très bien n’être que des migrateurs saisonniers ?
    (Tout rapprochement entre les déplacements des requins et une précédente réflexion sur le nomadisme ou le caractère voyageur de familles étrangères adeptes du camping serait osé).
    Ensuite (avant !), n’est-il pas exagéré de considérer l’usage jambier comme tellement prépondérant quand l’économie se concentre dans les secteurs tertiaire, voire quaternaire, où les capacités physiques sont nettement moins mises à contribution que dans les mines et autres ateliers de l’industrie lourde ?
    Enfin, pour commencer, depuis quand l’activisme politique, si caractéristique du collectisme, sauf contresens involontaire, incite-t-il à prendre à bras-le-corps un sujet ne mobilisant pas réellement une majorité de la population ? La réunion (c’est le cas de le dire !) d’une table ronde d’experts pour produire un rapport plus ou moins confidentiel ou la nomination d’une commission interdisciplinaire n’auraient-elles pas été des mesures largement suffisantes pour geler une question somme toute saisonnière et très momentanée jusqu’à ce les agitations de la rentrée sociale la relèguent aux oubliettes de l’Histoire (dont la transmission est, de toute façon, en perte de vitesse) ?

  3. Citizen Kohn.

    Au fait, qu’indique le baromètre de l’inquiétude relative à la menace squaline en Ile-de-France, qui en vaut bien d’autres (îles) ?
    L’interrogation peut paraître anodine mais la diffusion de documentaires catastrophistes sur des chaînes non cryptées de la télévision numérique terrestre à des heures de grande écoutes alarme inutilement des populations des plaines sur les dangers des avalanches en montagne.

  4. Pierre

    Quand je lis ça je pense, et je suis loin d’être le seul (pardonnez cette outrecuidance révoltante), qu’il serait plus profitable à l’homme de vous stériliser vous et tous vos pairs philosophiques.

    Mais je vais arrêter ici cette violence gratuite, bien que défoulante, pour me tourner vers une méthode plus appropriée pour discréditer ce torchon. Malgré vos activités professionnelles attestant une érudition certaine, celles-ci sont, si je ne m’abuse, en aucun cas liées à l’océanographie, la zoologie ou les sciences naturelles. Je voudrais donc finir par une question (rhétorique hé oui) concernant une partie tout à fait stupéfiante de votre argumentaire/postulation ; « Vilains humains qui tuent des gentils poissons (alors que c’est le contraire, au départ!) ». Est-il tout à fait sensé d’affirmer avec autant de conviction une chose pareille ?

    /// Je suis à deux doigts de prier d’être tombé sur l’un des meilleurs trolls de l’internet français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s