Pour une extension du domaine de la rentrée

Rentrée des classes, rentrée littéraire, rentrée parlementaire, rentrée universitaire… Pas de doute, c’est la rentrée. Les journaux, les blogs, les réseaux sociaux, tous reprennent cette antienne, ce marronnier du mois de septembre.

Bien sûr, c’est aussi l’occasion pour certains esprits chagrins de provoquer, vainement et inutilement, la polémique. Les tribunes fleurissent pour critiquer cette tradition française, qui fait que tout s’arrête au mois d’août pour reprendre brutalement début septembre, ou pour vilipender certaines opérations commerciales pourtant fort lucratives pour l’industrie française.

Et bien moi, Fernand Bloch-Ladurie, je ne crierai pas avec ces rabats-joie. Car, au lieu de comparer bêtement avec d’autres pays étrangers, sans saisir ce qu’il y a de profond dans la société française, je préfère tâcher de comprendre le génie de notre nation, en ce qu’il s’exprime dans ses traditions et ses habitudes bien ancrées.

Et la rentrée en est une. Au vrai, elle a beaucoup d’avantages. Tout d’abord, du fait qu’elle succède à une période d’inactivité, elle permet aux esprits fourbus de se reposer et de profiter un peu des plaisirs de la vie. Ensuite, elle est l’occasion de bonnes résolutions, comme j’en ai moi-même fait une liste (que je publierai peut-être ici même si vous me le demandez avec insistance). Enfin, elle permet de régénérer, chaque année, l’énergie nécessaire pour affronter un monde qui change sans cesse.

C’est pourquoi, bien loin de penser qu’il faut supprimer cette tradition, je pense qu’il faut au contraire l’étendre et la systématiser. De très nombreux bienfaits pourraient en ressortir. Imaginons, par exemple, une rentrée militaire: après un mois de cessation des hostilités, ou les belligérants et les victimes civiles auront pu se reposer un peu, ceux-ci pourraient reprendre leurs activités avec une vigueur renouvelée. Ou encore, pourquoi pas une rentrée économique, qui concentrerait licenciement et embauches après une période de fermeture des usines en août? Autre possibilité: une rentrée judiciaire, qui permettrait aux juges et surtout aux avocats de réfléchir un peu sur la nature de leur travail et sur leur place dans la société.

Les possibilités ne manquent donc pas. Ce qui manque, sans doute, c’est la volonté politique.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Divers, gouvernance, politique

Une réponse à “Pour une extension du domaine de la rentrée

  1. Citizen Kohn.

    La rentrée est indiscutablement à toutes nos activités socio-professionnelles ce que le printemps est à la montée de sève, les unes n’empêchant aucunement l’autre, et réciproquement : ne touchons donc pas plus à cette chance périodique de renouveau qu’on ne change une équipe qui gagne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s