Rappel : mon livre toujours en vente

Mon dernier livre, Georges-Guy Lamotte, le dernier des socialistes, est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies. Certains libraires obtus, fascistes, ou tout simplement lâches, préfèrent mettre en avant les ouvrages de Jacques Attali, Loran Deutsch ou Marc Lévy. D’autres sont plus courageux. Témoin cette photo prise à La librairie générale (au Blanc-Mesnil). Pour les plus fainéants d’entre vous, il reste Amazon et le site de mon éditeur.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Georges-Guy Lamotte, Publications

5 réponses à “Rappel : mon livre toujours en vente

  1. Walter Fernandez

    Cher Maître,

    Je pense qu’il faudrait châtier comme il convient ces libraires infâmes, véritables collabos de la bien-pensance. Toute la question est de savoir comment. Si je n’écoutais que mon indignation, j’irais mettre le feu à toutes ces misérables boutiques. Seulement une voix douce mais ferme murmure ces mots à l’oreille de ma conscience : « NON-VIOLENCE ! » Cette voix, c’est celle de mon cher maître Fernand Bloch-Ladurie. C’est celle de Georges-Guy Lamotte. C’est la voix même -pure et vibrante – de la pensée collectiste.

    Mais qu’on ne s’y méprenne pas : la non-violence n’est pas la résignation ! Car se résigner à la violence (fût-elle symbolique, comme celle de ces libraires abominables), c’est en être le complice. Et c’est pourquoi il n’est rien de plus combatif qu’un authentique non-violent. Il suffit pour s’en convaincre de penser à quelques héros contemporains : Gandhi, Mère Térésa, l’Abbé Pierre, Coluche, Bernadette Chirac (mamie pièces jaunes, comme l’appelaient affectueusement les petits malades de Paris), Lamotte, et Tapie, pour ne citer que les plus grands.

    Je suggère donc une action pacifique, mais de grande ampleur, et qui sera d’ailleurs d’autant plus efficace qu’elle sera moins violente. A l’instar de Gandhi appelant à boycotter les textiles étrangers pour protéger les artisans indiens, j’appelle solennellement tous les amis de Georges-Guy Lamotte à snober ouvertement et sans concession toutes les librairies où l’ouvrage de Fernand Bloch-Ladurie ne se trouve pas exposé comme il se doit en vitrine ou sur un présentoir. Et pour que cette opération réussisse pleinement, je propose que chacun d’entre nous dresse une liste des librairies scélérates dans la ville où il réside. Après quoi, il suffira d’envoyer ces listes à M. Bloch-Ladurie, qui se fera un plaisir de divulguer une liste noire exhaustive de toutes les librairies à boycotter en métropole et dans les colonies.

  2. Citizen Kohn.

    Bonne idée, la librairie n’est pas assez déjà un « canard boiteux » comme l’a dit un personnage appelé à aider les secteurs en difficulté ! Peu importe, le livre, en général, est un dinosaure à l’ère de la tablette et de l’encyclopédie en ligne. En revanche, le film, le film ! La promesse du film !
    Qu’en est-il de ce projet considérable ?

  3. Pour vous répondre à tous deux, j’approuve totalement vos remarques. Cela dit, les libraires sont parfois frileux, mais je ne crois pas qu’ils soient mal intentionnés -seulement aveuglés par la bêtise ambiante… Pour le film, en tous cas, l’affaire suit son cours. Divers problèmes de financement on retardé sa sortie (les producteurs sont presque aussi pleutres que les libraires) mais il sortira! je vous tiendrai au courant sur ce blog

  4. S.L.

    Professeur

    je regrette beaucoup que vous est été préféré Hervé Crès.
    Mais je vous sais capable de rebondir au plus vite.
    Votre séminaire su début de l’année intitulé « Le Retour du Collectisme : un Nouvel Espoir », qui faisait suite à un article de 2011 que vous aviez publié dans les Cahiers Collectistes « La Communauté Collectiste », m’avait ouvert les yeux.
    Autour d’un frugal apéritif, puis d’un diner, vous m’aviez confié travailler à la rédaction d’un « Que sais-je? » sur le Collectisme.
    A la suite de notre petit-déjeuner, le lendemain, vous aviez promis de me rappeler, mais ne l’avez pas fait. Je pense que vous avez dû perdre le papier sur lequel j’avais inscrit mes coordonnées.
    Je profite donc de ce blog pour vous poser deux questions :
    – quand pensez-vous publier votre « Que sais-je? »
    – Viendrez-vous à ma soirée d’anniversaire de mes 18 ans, célébré au Metropolis, à Pont-Orly, le 8 décembre ?

    Cordialement.

    S. L.

    • Vous avez raison de me rappeler à mon devoir : mes travaux de recherche prennent du retard en raison d’un nombre incalculable d’invitations et d’interventions médiatiques. J’étais encore hier à Vesoul, pour un direct sur une radio locale à propos des enjeux géopolitiques de l’islamisme au Pakistan.
      En tout cas, je ne manquerai pas votre petite sauterie d’anniversaire, surtout si votre charmante demi-soeur, Priscilla, a l’heureuse idée d’y participer. Dans le cas contraire, transmettez-lui mes coordonnées, et rappelez-lui au passage que je connais quelques moyens d’entrer facilement dans une grande école qu’elle convointe, sans en avoir le niveau pour le moment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s