Lettre ouverte à François Fillon

Monsieur le Premier Ministre,

Vous serez sans doute surpris qu’un militant socialiste vous adresse une lettre de soutien, au terme d’une élection dont je mesure tout ce qu’elle doit revêtir d’injustice à vos yeux.

Votre adversaire, sans pitié, l’a emporté d’une façon qui laisse interdit tout observateur de la vie politique. « Racisme anti-Blanc », « pain au chocolat » et « droite décomplexée » auront eu raison du rappel de votre bilan, plutôt bon, à la tête du gouvernement.

Qu’il me soit permis de vous rappeler les paroles prononcées par De Gaulle dans son fameux appel : « La France a perdu une bataille, mais elle n’a pas perdu la guerre ! » Remplacez le mot « France » par « François Fillon » puis par « Fernand Bloch-Ladurie », et vous comprendrez tout ce qui, tous les trois, nous lie en ce moment de gravité extrême.

Monsieur le Premier Ministre, ce n’est qu’un simple rappel, mais, ayant perdu moi-même les élections pour la direction de Sciences-Po, je sais ce que vous ressentez, et c’est pour vous parler de ma défaite que je prends ici la plume.

En effet, mon adversaire, Hervé Crès, a usurpé la victoire. Dans le courrier que je vous ai fait parvenir au moment même où j’apprenais votre défaite, j’ai d’ailleurs détaillé la fraude qui l’a conduit à prendre la direction de cet établissement trop prestigieux pour lui, et qui me revenait, pour ainsi dire, de droit.

Je ne souhaite pas du tout que vous vous lamentiez sur mon sort. Ne vous inquiétez pas pour moi, et considérons plutôt ce que nous pourrions faire, vous et moi, pour que cette injustice qui m’est faite soit réparée.

Comme vous avez du temps désormais, je sollicite de votre bienveillance un soutien politique et médiatique, afin que l’élection d’Hervé Crès soit annulée et qu’un nouveau vote soit organisé. Après dissolution du Conseil de direction de l’IEP de Paris, nous pourrions ensemble désigner de nouveaux membres, plus impartiaux, et plus à même d’évaluer les qualités des candidats.

De mon côté, lors de mes cours d’histoire de la pensée politique à Sciences-Po, je m’engagerai, si je deviens directeur de l’IEP de Paris, à accorder toute la place qu’elles méritent aux « années Fillon », « afin que le temps n’efface pas le souvenir des actions des hommes » (Hérodote d’Halicarnasse).

Si vous n’accédez pas à ma requête, je m’arrangerai pour que les étudiants ne retiennent que les mauvais côtés de votre action au gouvernement.

Fraternellement,

Fernand Bloch-Ladurie

Publicités

16 Commentaires

Classé dans politique

16 réponses à “Lettre ouverte à François Fillon

  1. Olivier

    Quelle grandeur d’âme !

  2. Walter Fernandez

    Cher Maître,

    Lagane m’a pour ainsi dire ôté le mot de la bouche (ou plutôt des doigts) : votre lettre est effectivement un régal. On y reconnaît toute la richesse de la pensée de Georges-Guy Lamotte : combativité, pragmatisme, absence de dogmatisme idéologique. Si je me puis me permettre une suggestion (je n’ose dire « conseil », tant j’ai conscience de votre supériorité), il ne serait pas mal venu d’envoyer la même lettre (avec quelques menues corrections) à deux hommes politiques susceptibles de gouverner la France en 2017 : Jean-François Copé et Marine Le Pen. J’exclus d’emblée M. Hollande. Après avoir mené courageusement de dures mais nécessaires réformes économiques, il sera devenu encore plus impopulaires que Nicolas Sarkozy. (Au passage, qu’il me soit permis de te saluer, François. Ton sacrifice te vaudra la gratitude, sinon du peuple français, sinon des agences Moody’s et Standard & Poor’s).

    Certes, Jean-François Copé tient parfois des propos légèrement outranciers. Mais c’est pour la bonne cause. C’est pour damer le pion au Front National. D’ailleurs, notre ami Fillon a exactement la même stratégie, comme le rappelle ce mois-ci un article du Monde diplomatique : « Mais, sous ses airs modérés, et sans avoir besoin de formules à l’emporte-pièce, M. Fillon défend une ligne au moins aussi dure que son rival sur les questions identitaires. Dans son manifeste, l’ancien chef de gouvernement propose ainsi de « réserver l’accès aux prestations sociales aux étrangers ayant séjourné régulièrement sur le territoire pendant plus d’un an. » ; ce dont M. Copé ne parle pas dans son dernier pamphlet. »

    Quant à Marine Le Pen, elle n’a pas que des côtés détestables. Après tout, il y a bien le mot « socialisme », dans « national-socialisme ». Et puis, n’oublions pas que Georges-Guy Lamotte trouvait quelques charmes au régime vigoureux de M. Salazar.

  3. Walter Fernandez

    Erratum

    Qu’il me soit permis ici de corriger deux menues coquilles. Je voulais écrire, concernant M. Hollande :

    J’exclus d’emblée M. Hollande. Après avoir mené courageusement de dures mais nécessaires réformes économiques, il sera devenu encore plus impopulaire que Nicolas Sarkozy. (Au passage, qu’il me soit permis de te saluer, François. Ton sacrifice te vaudra la gratitude, sinon du peuple français, du moins des agences Moody’s et Standard & Poor’s).

  4. MichelG.

    F.B-L, fidèle à lui-même, a su retenir les grandes idées d’un certain « socialisme à la française ». L’important n’est pas de participer, c’est de gagner. Tiens, c’est vrai, aussi, pour la droite. Coïncidence ?

  5. Citizen Kohn.

    Lettres ouvertes, pactes de conquêtes, alliances de gouvernement, voire contrats d’élimination : la « lutte des places » est une aventure sans concession : que tous les perdants s’unissent contre tous les gagnants, enfin une dynamique nouvelle pour qu’une alternance salutaire et plus régulière se mette… en place ! Notre vie politique doit devenir plus stimulante, continuons dans cette voie enthousiasmante !

  6. Citizen Kohn.

    Bref, eût-elle existé, n’était-ce pas la vice-présidence du parti socialiste
    qu’il eût fallu offrir au François Fillon battu par le Jean-François Copé inoxydable, battu qui, cette fois, eût accepté, rebattant les cartes de l’échiquier (image osée) politique au point de désarçonner le plus brillant des commentateurs de la chose (et ils le sont, brillants, et diserts !).

  7. MichelG.

    F B-L a le grand mérite de provoquer des commentaires dont la tenue est rare, tant d’un point de vue grammatical et syntaxique que par le refus du simplisme dogmatique. Les grands hommes provoquent de grands débats, cette lettre en est la preuve.

  8. Arnold

    Illuminé par votre blog, sur lequel j’ai pu réagir avec force dans votre article dénonçant le péril bouddhique, je tiens à saluer votre lettre ouvert à Monsieur Fillon.

    Moi même de Droite, tendance anarcho-capitaliste, je souhaites saluer la réussit du modèle UMP ces dernières heures dans nos médias.

    En plus de tenir en alerte la ménagère et le bistrot du coin, cette élection pour la Présidence de l’UMP aura remis au goût du jour des pratiques dont la France a besoin.
    Je vous sais socialiste, aussi j’oses croire que vous ne modérerez pas mes propos.
    Mais la France a besoin d’un Chef qui sache taper du poing sur la table, bourrer les urnes, et prendre le pouvoir tel qu’il devrait normalement s’arracher en démocratie.

    C’est pourquoi, Jean François Copé est pour moi le meilleur garant d’une tradition bonapartiste et dictatorial dont nos « élites » n’osent plus mettre en pratique les bienfaits. Par peur du peuple et de ses réactions grossières. (grèves, insubordinations, graffitis)

    La France a besoin de quelqu’un prêt a diviser les français pour instaurer une république vraiment capitaliste. Loin des politique crypto-communistes de l’Union Européenne et de de la SFIO à présent au pouvoir.

    A quoi sert de toute façon une élection démocratique, si c’est pour voir un français la perdre au profit d’un communiste ?

    JFC a par ailleurs des initiales qui rappellent celle de JFK, aussi, il sera sociable avec les plus démunis. Ces derniers n’ont aucun soucis a se faire si se sont de vrais français.

    C’est pourquoi, j’engages chacun a soutenir JFC en 2017 et à se mobiliser autour de sa personne, en préparant le bourrage des urnes qui permettra sa victoire au poste de président de la République Française.

    Sans aucune lâcheté, je vous annonce mon retrait de votre site internet, ayant découvert à l’instant que vous êtes de gauche et que vous l’assumez pleinement.

    Arnold.

  9. Petri

    A strictement parler vous n’êtes qu’un bouffon. Vous savez, cet être ignoble, ridicule, servile représenté par Shakespeare dans le Roi Lear. Vous représentez vraiment l’esprit du temps. Incapable de sérieux, de hauteur, de courage vous moquez le monde que vous faites… Je vous trouve ecoeurant.

  10. Walter Fernandez

    A Petri

    Qui êtes-vous exactement pour oser vous en prendre à Fernand Bloch-Ladurie, l’un des plus grands esprits de notre temps ? Vous le dites « incapable de sérieux, de hauteur, de courage »… Mais avez-vous au moins lu ses précédents articles ? L’imagination, l’intelligence et l’audace de cet homme sont proprement extraordinaires. Qui d’autre que FBL aurait pu proposer de créer 13 aéroports supplémentaires en France ? Qui aurait pu, sinon le fils spirituel de Georges-Guy Lamotte, militer pour la nationalisation de Facebook ou pour l’interdiction du mariage hétérosexuel ?
    Avant de juger, il faut se renseigner, Monsieur (ou Madame) Pietri !

    Sans rancune aucune, je vous prie de bien vouloir recevoir l’assurance de mes sentiments collectistes.

    Walter Fernandez

  11. Laissons les avis divergents s’exprimer dans toute leur authenticité, et soyons voltairiens comme dirait l’autre. Je commente cet article pour qu’aucune confusion ne soit faite entre mon nom et celui de M. Petri, à qui je recommande chaudement la lecture de mon blog (http://censuredavance.wordpress.com/2012/02/16/pas-de-pitie-pour-les-clandes/), avant de parler d’écœurement. Espérant que M. Fillon prendra bonne note des conseils d’un des plus grands savants que la Politique – science inexacte mais ô combien humaine – ait connue, sincères salutations,

    Petrucciu Santini.

    • Idem Erratum :
      « […] un des plus grands savants que la Politique – science inexacte mais ô combien humaine – ait connu. »

      • Olivier

        Que de mesquinerie dans le compliment ! Pourquoi tourner autour du pot ? Pourquoi rester sur la réserve ?
        Non !
        Prenons modèle sur notre Maître, et disons les choses franchement et sans concession : LE plus grand savant que la Politique etc. etc.

  12. Pingback: L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  13. Monsieur Fillon,

    Durant votre carrière politique,vous avez poursuivi parallèlement ,sans soucis d’éthique ou de conflits d’intérêts, une carrière d’affairiste qui vous place en tête des hommes politiques les plus rémunérés en 2017 avec un revenu de plus de 82 M€ et une fortune personnelle de plus de 245 M€.
    Mais ça n’est pas encore suffisant.

    Vous bénéficiez des avantages comme ancien premier ministre et député;
    Mais ce n’est pas encore suffisant.

    Vous avez fait bénéficié votre épouse ,qu’il l’a réalisé tardivement, d’un salaire d’assistante pour une somme totale frisant le million d’€.
    Mais ce n’est pas encore suffisant,

    Poussant le népotisme à l’extrême vous avez compromis vos enfants dans le même système.
    Dans votre quête pathétique d’enrichissement à tout prix ,vous avez rejoint le clan de la classe politique qui fait honte a la France ,comme
    ce ministre qui échange la légion d’honneur pour des avantages ,en passant par celui qui a des comptes off/shore ou encore ce ministre de l’intérieur qui arrondie son salaire en prenant 10.000 € dans la caisse chaque mois.

    On est assez loin du Général De Gaule qui renvoyait son salaire au trésor et payait toutes se factures de sa poche.
    Le plus dramatique dans notre système est que nous devons ces informations à des organismes journalistiques indépendants comme le Canard Enchainé ou Médiapart qu’il faut saluer au passage,qui débusquent ce genre de dérive,alors que nous payons cher des stuctures fiscales et juridiques qui poursuivent avec opiniâtreté les petits contribuables récalcitrants « selon que vous serez puissant ou misérable………. »

    « J’irais jusque au bout »

    Vous avez été même au delà,Monsieur Fillon de ce qui est acceptable pour un citoyen sans parler d’un présidentiable.
    Un élu doit servir son pays et non se servir,votre parcours sent l’avidité et le passe droit.
    Vous avez dit « boule puante »?

    Patrick Mancini
    Chambéry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s