Supprimons Noël

A l’approche Un débordement de kitsch insoutenabledes fêtes de Noël, j’ai toujours bien du mal à garder mon calme. Ces foules gigantesques qui encombrent les rues de la capitale en dévalisant les grands magasins, ces néons affreux qui polluent l’atmosphère lumineuse, ces sapins en pagaille qui déclenchent des allergies et des invasions de termites, tout ce spectacle me désole. Me reviennent alors en mémoire les paroles de mon mentor: « Feraient mieux de travailler au lieu de dépenser, ces cons-là ! »

C’est la triste vérité. La France vit au-dessus de ses moyens et ne travaille pas assez. Vautrée dans le consumérisme, criblée de dettes (privées autant que publiques), elle s’imagine pouvoir échapper au sort de la Grèce en achetant toujours plus de produits inutiles. Il faut en finir. Noël est une plaie qu’il faut cautériser. De surcroît, c’est une fête religieuse qui, dans une République laïque, n’a plus aucune raison d’être. Il a bien fallu que j’explique à mes étudiants musulmans que je leur mettrai zéro s’ils rataient l’examen à cause de l’Aïd – malgré leurs récriminations sonores, Graffiti injurieux dans ma salle de classeauxquelles je répondis par un vigoureux bras d’honneur, d’où quelques inscriptions injurieuses sur les murs de ma salle de classe (cf. photo). Pourquoi les catholiques auraient-ils droit à un traitement de faveur ?

Supprimer les vacances de Noël est un premier pas dans la bonne direction. Cela permettra aux salariés et aux étudiants de travailler davantage, sans que les premiers obligent leurs employeurs à les payer à ne rien faire, et sans que les seconds accablent leurs professeurs de leurs pensums de fin de semestre (un seul examen par an serait d’ailleurs bien suffisant). Mais il faut aller plus loin : la France, à l’avant-garde des droits de l’homme et de la laïcité, doit supprimer toutes les fêtes religieuses de son calendrier. Pâques, la Toussaint, l’Ascension, l’Assomption, tous ces jours fériés hérités d’un temps révolu doivent disparaître. Revenons au calendrier révolutionnaire, pourquoi pas. Remettons, quoi qu’il en soit, la France au travail.

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Divers

8 réponses à “Supprimons Noël

  1. Citizen Kohn.

    Mais bien sûr ! Il suffit parfois de dire, d’exprimer une possibilité, pour qu’éclate une évidence, courage ou lucidité, que vos étincelles sont rares ailleurs que chez les penseurs exceptionnels qui devraient compter plus dans les décisions qui nous gouvernent ! Noël, tout de suite, et ses pareilles, fêtes obscurantistes aux relents médiévaux, mais il faudra oser continuer avec l’abolition d’hier et demain, ces plaies qui nous torturent depuis trop longtemps. Finissons-en avec les antiennes « …remettre au lendemain » et autres « hier est mort pendu » ! A bas la nostalgie, à bas l’impatience ! Non à la crainte, non à l’illusion ! Que demain pas plus qu’hier ne chante, n’en déplaise à quatre voyous d’une banlieue anglaise laborieuse comme aux propagandistes d’une idéologie politique dépassée !

  2. Walter Fernandez

    Merci, Maître,

    Comme d’habitude, vous avez trouvé le courage de défier la mièvre bien-pensance de notre époque déliquescente (cette « défaite de la pensée », comme dit si bien Finkielkraut), afin de nous indiquer la voie du véritable progrès social. En cela, vous êtes un digne disciple de Locke et de Kant, de Franklin et de Guizot, d’Henri Salvador (« Le travail, c’est la santé ! ») et de Pink Martini (« Je ne veux pas oublier. Je ne veux pas déjeuner. Je veux seulement travailler »), sans oublier bien sûr Serge Dassault, Bernard-Henri Lévy et Georges-Guy Lamotte.

    A propos, connaissez-vous ce quatrain ?

    « Travail, divin travail !
    Il n’est rien qui te vaille.
    Ni les pétards,
    Ni les putains,
    Ni Salazar,
    Ni mêm’ Pétain,
    Qu’était pourtant pas une bille,
    Pas un n’ t’arrive à la cheville ! »

    L’auteur de ce petit bijou n’est autre que…. Lamotte lui-même ! Je l’ai trouvé dans un recueil peu connu : Les chants du rebut – Poèmes de Georges-Guy Lamotte trouvés dans sa poubelle après sa mort (Éditions du Déchet).

    • Magnifique poème. Tout Lamotte est là : la verve populaire, la rime juste, la métrique implacable, le lyrisme, l’inspiration politique… Je féliciterai à l’occasion ce courageux éditeur qui a pris la peine de publier ce que GGL appelait lui-même « [ses] conneries ».

      • Michel Grossin

        Les « conneries » de GGL sont empreintes d’un bon sens populaire qui les place loin au-dessus des ratiocinations des pseudo-intellectuels bobos médiatiques. La terre ne ment pas, disait le Maréchal, le bon sens paysan non plus !

  3. Walter Fernandez

    Si je puis me permettre une suggestion… une fois supprimées les fêtes religieuses, je crois qu’il faudra s’attaquer à un autre tabou : l’alternance des jours et des nuits. Dans une société moderne, la plupart des métiers se pratiquent aussi bien la nuit que le jour. Imagine-t-on un policier, un vendeur de kebab, une infirmière ou une prostituée qui refuseraient de servir leurs clients après le coucher du soleil ? Pourtant, hélas !, beaucoup d’archaïsmes subsistent encore dans nos sociétés démocratiques et libérales, et tout particulièrement en France, où les corporatismes, la toute-puissance des syndicats et l’influence délétère de l’Église catholique font échouer toutes les tentatives de réformes. Nous sommes en 2012 – bientôt en 2013, si la fin du monde n’a pas lieu (humour !) – et pourtant on trouve encore beaucoup de boutiques closes après 22h. L’autre soir, alors que je voulais m’acheter une banale montre en or, j’en ai été réduit à casser une vitrine. Le caractère borné de nos modernes Poujade est une véritable incitation à la violence.

    Comment expliquer un tel scandale ? Tout simplement, je crois, du fait que certains de nos concitoyens – certes peu nombreux, mais influents, ô combien ! – sont persuadés d’avoir le « droit » de « se reposer » durant la nuit. Pour faire cesser le scandale de l’incurie nocturne, il nous faut donc détruire cette croyance. Comment ? En suivant l’exemple de Voltaire, de Robespierre, de Staline et de Fernand-Bloch Ladurie : en nous attaquant à la source religieuse de cette sinistre superstition.

    Tout vient, on le sait, de la Genèse : « Dieu créa un grand luminaire pour le jour et un petit luminaire pour le nuit. Il y eut un soir et il y eut un matin. Ce fut le premier jour. » La croyance en une alternance « naturelle » du jour et de la nuit trouve là, dans ces versets abjects, sa toute première origine. Faut-il alors interdire le christianisme ou la lecture de la Bible ? Je ne le crois pas. Les Révolutionnaires français et soviétiques s’y sont essayés, sans succès. Car rien ne plaît tant aux fanatiques que de jouer aux « résistants » ou aux « martyrs ».

    Heureusement, il existe une méthode beaucoup plus simple, et surtout plus efficace : il suffit de réécrire la Bible, en l’adaptant à l’esprit de notre temps. Toute référence au Shabbat sera interdite, bien entendu, mais aussi toute allusion au repos, à la fête, au jour, à la nuit, et autres notions malsaines.

    Bien entendu, il faudra aussi remanier toutes les œuvres qui ont été contaminées par l’esprit judéo-chrétien. « Les Mille et une nuits » deviendront « Les Mille et une corvées de Shéhérazade ». « Jour de fête », de Tati, sera rebaptisé « Au travail ! ». « Le Grand sommeil », de Hawkes, sera désormais intitulé : « Pas le moment de dormir ! », etc.

  4. Maître,
    avec votre généreuse idée, remercions que le droit de vote soit interdit aux moins de 18 ans. Cette proposition ne passerait pas auprès d’un trop jeune électorat.
    Concernant les sapins porteurs de mauvais pollens et de la détestable valse des procrastinateurs aux idées courtes la veille du jour J (plombant un peu plus notre balance commerciale), je vous propose d’instaurer ce qu’on appellerait un QCN : quota de cadeaux de noël, à savoir obligation d’offrir, pour moitié, des livres (ou autres biens culturels approuvés par une autorité indépendante) fabriqués en France et élevant l’esprit de nos con citoyens.
    Comme votre éditeur le dit si bien, « offrez un livre, un sapin en moins, un cerveau en plus ». Pour ma part, je me suis résolument tourné vers cette solution. J’évite ainsi de voir sur ebay mes cadeaux mis aux enchères. Et en profite pour vous remercier pour avoir contribué (doublement même) à un de ces présents.
    Feulement vôtre

  5. Pingback: Mes résolutions pour 2013 | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  6. Pingback: Les 12 moments forts de 2015 | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s