Je rends les clés de mon appartement du 7e arrondissement

Gerard-DepardieuLa lettre de Gérard Depardieu fait écho à celle que j’ai moi-même adressée à Rachida Dati il y a quelques jours. Je vous en donne ici copie.

Cher, vous avez dit « cher » ? Comme c’est cher.

Je suis né il y a quelques années, et j’ai fait de bonnes études. J’ai toujours payé mes impôts, parfois avec retard, parfois sous la menace d’huissiers, mais qui peut prétendre être parfait ?

A aucun moment, je n’ai failli à mes devoirs. Mes cours à Sciences po, dans votre arrondissement, mon dévouement pour mes étudiantes, montrent mon amour pour la France et pour le 7e arrondissement.

Beaucoup d’autres quittent cet arrondissement du fait de l’augmentation des prix à l’achat et à la location.

Puisque Sciences Po a décidé de donner à quelqu’un d’autre la direction de son école minable, et puisque par conséquent je ne gagnerai pas plus d’argent dans les années à venir, j’ai décidé de m’installer dans le 6e arrondissement.

Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté.

Tous ceux qui ont quitté le 7e arrondissement n’ont pas été injuriés comme je le suis.

Je viens de vous dire pourquoi je partais. Je ne peux plus faire face financièrement : les déjeuners avec les collègues, les cadeaux pour les étudiantes, les frais de représentation (vestes en velours…) sont incompatibles avec le prix de votre arrondissement, qui est beau, et, je l’espère, le restera. appartement 7e arrondissement

Je rends à mon propriétaire les clés de mon appartement. Nous n’avons plus le même arrondissement, je suis un vrai citoyen de Paris, un vrai citoyen de la rive gauche, un citoyen de l’Ile-de-France, comme Georges-Guy Lamotte me l’a toujours inculqué.

Je trouve mon loyer cher, et je déplore l’acharnement de mon propriétaire à me le voir payer dans les temps, quand tant d’autres disposent d’un délai pour le faire.

J’ai toujours payé mon loyer, mais là, j’en ai assez.

Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je donne mon approbation au mot « cher ».

Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande Madame Dati, Maire du 7e arrondissement, je vous le demande, qui êtes-vous ? Malgré mes excès, mon appétit et mon amour de la vie, je suis un être libre, Madame, et je vais rester poli.

Fernand Bloch-Ladurie

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Divers

5 réponses à “Je rends les clés de mon appartement du 7e arrondissement

  1. Citizen Kohn.

    Un acte aussi courageux a besoin d’être exemplaire et médiatisé mais tout ce qui compte politiquement, socialement, voire économiquement, est depuis une semaine au moins sur les pistes neigeuses d’une poignée de stations à l’abri de toute mixité ou diversité du portefeuille, à l’exception d’une forte minorité en manque de soleil et de sable, qui préfère donc le calme de son palais nord-africain ou le luxe de son île tropicale. Dommage !

  2. Dave Feng

    Maître,

    Comme à votre usage, vous dîtes tout haut ce que chacun pense tout bas – et que les élites connaissent, mais taisent, pour ne pas plonger la population ignorante dans le plus complet désarroi: les cerveaux fuient.

    Cet exil des cerveaux, loin des loyers élevés, est un fait majeur qui risque, à terme, de déséquilibrer complètement la recherche française, dont plus en plus de chercheurs n’habitent plus le septième arrondissement. je n’ose imaginer à quoi ressemblera la recherche de notre beau pays quand une ou deux générations d’universitaires seront nées hors de la rive gauche. Pour être franc, et sans être alarmiste, je crains qu’un jour certains chercheurs se coupent complètement du terreau qui le nourrit et permet leur complet épanouissement intellectuel en s’installant dans des arrondissements à deux chiffres, voire, en proche banlieue.

    • Olivier

      Des chercheurs dans des arrondissements à deux chiffres ? Mon dieu, quelle horreur ! Mais où va la France ?

      • Dave Feng

        Cher Olivier,

        Je partage votre sentiment d’horreur. Je signale tout de même que ce sont principalement certains sociologues et psychologues qui ont dû s’exiler. Fort heureusement, les juristes et politistes restent dans le centre. Mais qu’une figure comme Monsieur Bloch-Ladurie quitte le septième doit tout de même nous faire mesurer le péril qui menace les fondements mêmes de notre civilisation. Pour ma part, je suggère que la Mairie réquisitionne les logements vides et les réserve aux titulaires de doctorats qui auraient montré leur attachement à la vie de la Cité en prenant la carte d’un parti important (PS ou UMP, cela ne fait pas de différence).

      • Olivier

        Si ce sont les juristes et les psychologues qui s’exilent, c’est effectivement moins grave.
        Javais déjà entendu parler de certains enseignants, qui se disent chercheurs en économie, et même en gestion (sic), qui vivraient et travailleraient depuis plusieurs années déjà dans les arrondissements périphériques… Mais il n’y avait pas là matière à s’affoler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s