Parti collectiste : l’absurde omerta des medias dominants

Medias aux ordresDepuis près de deux semaines, des femmes et des hommes pleins de talent et d’espoir se sont rassemblés, derrière moi, pour faire entendre la voix de ceux qui n’en avaient pas. Depuis plus de deux semaines, le Parti Collectiste a tracé une nouvelle voie, pleine d’enthousiasme et d’espérance, pour ceux qui veulent vraiment que demain se conjugue au futur, et que maintenant, ensemble, l’avenir devienne possible. Et pourtant. Depuis presque un mois, les medias se taisent.

Ah ça, on trouve toujours de la place, dans les colonnes des journaux, pour les dépêches qui racontent une guerre lointaine et incompréhensible. On ne manque pas d’informations sur la procréation médicalement assistée pour les couples de lesbiennes stériles. On trouve même le moyen de ressortir de vieux marronniers, comme le dopage de Lance Armstrong (alors que celui-ci ne mérite pas tant d’opprobre). Tout pour éviter le seul véritable sujet de l’actualité politique française.

Je sais bien que je dérange. Plusieurs fois déjà, des textes de ma plume ont été refusés par la presse aux ordres. Dans maintes occasions, on a cherché à me faire taire, en m’achetant ou même par la force. Je ne désespère pas. Pour vous, amis et camarades qui portez les couleurs du collectisme. Pour Lamotte, qui avait eu cette phrase : « les journalistes, il faut coucher avec, ou s’asseoir dessus. » Pour la France, qui a terriblement besoin de renouveau. Malgré les résistances larvées du système médiatico-politique qui, comme l’ont démontré Pierre Bourdieu et Samir Nasri, est incapable de rendre compte honnêtement de la réalité, je continuerai à porter haut le flambeau du renouveau.

Une idée, pour finir : ceux d’entre vous qui sont prêts à me suivre dans ce juste combat peuvent écrire aux rédactions des grands quotidiens nationaux, et des principales chaînes de télévision, pour se plaindre du peu sérieux avec lequel ils font leur métier. Je vous fournis un exemple de lettre-type, adressée à un directeur de chaîne publique :

Cher Monsieur ……………,

Depuis des années, je paye ma redevance sans ciller. Je croyais ainsi contribuer financièrement à l’existence d’un véritable service public de l’information, nécessaire à la vitalité démocratique de notre pays.

Or, depuis plus de deux mois, vous vous obstinez à passer sous silence l’existence d’un nouveau parti politique français qui, à n’en pas douter, va bouleverser le paysage politique dans les années à venir, et mettre au tapis les vieux élus qui s’accrochent à leurs prébendes.

Votre silence s’explique-t-il par une connivence de fait avec ces obstacles au changement que vous appelez vos « bons clients » ? Avez-vous peur de voir disparaître des écrans les turpitudes de la politique à la papa, au profit d’un personnel renouvelé, jeune, compétent et enthousiaste ? Faut-il croire ceux qui affirment que vous dînez régulièrement avec …………… [insérer le nom d’un politicien célèbre] et que votre fils aîné a été pistonné à l’école alsacienne par ………….. [insérer le nom d’un grand patron] ?

Ne m’obligez pas à ajouter foi à ces rumeurs, ni même à les publier. J’attends avec impatience votre prochain reportage sur le Parti Collectiste. Avec mes salutations cordiales,

Un Français qui croit encore au journalisme.

 

 

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Collectisme, politique

4 réponses à “Parti collectiste : l’absurde omerta des medias dominants

  1. Citizen Kohn.

    Deux points à éclaircir :
    – Grâce au rappel à point nommé de la citation de Georges-Guy Lamotte
    sur les journalistes, ne serait-il pas fondé de préciser la filiation
    de l’inoxydable porte-flambeau des piles Wonder, prématurément
    disparues, elles, un certain Bernard Tapie, avec le collectisme ?
    – L’affranchissement et l’édition de l’éventuel courrier suggéré
    sont-ils défiscalisables ou subventionnables ?

  2. Walter Fernandez

    Cher Maître,

    Je suis comme Citizen Kohn frappé par la justesse de la maxime lamottienne citée dans votre dernier billet. Avec ce sens de la formule qui était le sien, le fondateur du collectisme a parfaitement résumé les deux stratégies qui s’offrent à nous : ignorer superbement les journalistes ou les séduire. Voilà pourquoi, nonobstant mon attachement à la discipline du Parti, je me permettrai de ne pas suivre vos recommandations. Il me semble en effet qu’envoyer une manière de réclamation aux médias dominants est contraire à l’esprit et la lettre de la doctrine collectiste.

    Mieux vaudrait, à mon humble avis, constituer au sein du Parti Collectiste une Brigade de l’Oreiller, dont l’objectif serait d’influencer la Presse au moyens de coucheries soigneusement préparées. La Brigade serait composée de jeunes femmes et de jeunes hommes triés sur le volet, extrêmement doués physiquement et intellectuellement, et prêts à sacrifier leur vertu sur l’autel du collectisme. Il est temps que cessent les rapports incestueux entre les éditorialistes influents et les barons des partis dominants. Désormais, la presse doit être toute entière subjuguée par le charme et la puissance sexuelle des militants collectistes. Pour ma part, je veux bien me charger d’Audrey Pulvar, qui a eu récemment l’heureuse idée de se séparer d’un détestable petit coq du Parti Socialiste. Quelqu’un se sent-il le courage de séduire Christine Ockrent, Christophe Barbier ou Eric Zemmour ?

    • Citizen Kohn.

      Là encore, et sans vouloir paraître soucieux de quoi que ce soit autre que le triomphe collectiste universel, deux minuscules questions :
      – Les frais de mission séduction, uniquement dans un but de succès, sont-ils envisageables, remboursables, sponsorisables ?
      – La conquête médiatique totale par les forces collectistes impliquera des sacrifices ; l’instauration d’un système de bonus-malus au sein des brigades spéciales d’action ne serait-il pas le meilleur moyen de reconnaître et récompenser les mérites de nos admirables missionnaires ? Pensons tout de même qu’il y aura des Trafalgar et des col de Roncevaux : quel(le)s kamikazes iront à l’assaut de Christine Clerc, Catherine Ney ou de Jean-Michel Apathie, pour ne serait-ce que rétablir la parité dans le « name dropping » du camarade Walter Fernandez ?

  3. Citizen Kohn.

    La (re)naissance du parti mettra-t-elle un bémol suffisant à la clé,
    non seulement de l’omerta, mais carrément de la désinformation
    qui caractérise l’accueil du collectisme dans le paysage médiatique ?
    Rendez-vous compte : il est même question de supercherie,
    jusque dans les liens évoquant la biographie de Georges-Guy Lamotte !
    A quand le film promis qui fera enfin rentrer sous terre tant de vilain(e)s ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s