Deux France, mais un seul homme: pour une commission « collectisme et réconciliation »

Une bien triste imageAujourd’hui, nous sommes le 21 janvier 2013. Pour beaucoup de mes concitoyens, cette date est une date particulière. Car, il y a exactement 220 ans, était guillotiné, à Paris, Louis XVI dit Louis Capet, ou Monsieur Veto, ou Louis le dernier, ou Le Gros, roi de France. Avec lui s’éteignait (malgré quelques sursauts sans importance au XIXe siècle) l’une des dynasties les plus puissantes et anciennes d’Europe. Et, je n’ai pas peur de le dire, avec lui mourait la France.

Quoi? Vous vous étonnez: Fernand Bloch-Ladurie, homme de savoir et de talent, homme républicain et démocrate, homme, avant tout, serait-il devenu subitement royaliste? Allons, vous me connaissez trop bien. J’ai trop de convictions pour changer, ainsi, de direction au gré du vent qui passe. Car ce que je veux dire, c’est que la France unie sous une seule bannière, derrière un seul chef, a disparu ce jour précis où la tête bouffie de Louis tombait dans la corbeille en osier de son destin.

Je ne suis pas le seul à faire le diagnostic ; mais le seul à proposer une solutionDepuis lors, il n’y a pas une, mais deux France : la France républicaine, laïque et sociale, vers laquelle vont mes sympathies, et la France traditionnelle, royaliste et conservatrice, pour laquelle je conserve malgré tout un certain respect. Or, comme l’ont montré nombre d’historiens, ces deux France se sont montrées, jusqu’à aujourd’hui, irréconciliables, leurs oppositions explosant régulièrement dans des crises souvent tragiques: Révolution de 1848, Second Empire, affaire Dreyfus, Régime de Vichy, guerre d’Algérie, refus de la candidature de Fernand Bloch-Ladurie au collège de France.

Il est pourtant temps, plus de deux siècles après les faits, de mettre un terme à cette lutte stérile. Un homme doit, une fois pour toute, dire : « Assez ». Cet homme, je me propose de l’être, en affirmant qu’une fois au pouvoir, le Parti Collectiste proposera la mise en place d’une commission « collectisme et réconciliation », sur le modèle de celles mises en place dans des pays sortant de la guerre civile. Les partisans de la royauté, ainsi que les quelques rejetons plus ou moins valides de la dynastie capétienne, pourront alors exprimer leurs pensées, devant les quelques révolutionnaires encore vivants qui pourront manifester un sincère repentir.

Ainsi, chacun pourra faire un pas vers l’autre, et la France pourra regarder vers son avenir sans s’encombrer des scories de son passé. J’ai, moi-même, commencé à appliquer ce programme à ma seule personne. Pour cette raison, je me suis rendu, ce midi, à la messe anniversaire en hommage au roi assassiné à la basilique de Saint Denis ; et j’irai, une fois mes larmes séchées, manger ce soir une tête de veau républicaine dans un troquet de Montmartre.

Voilà, je le crois, un bel exemple de patriotisme et d’esprit de responsabilité. Voilà, je crois, un exemple à imiter.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Collectisme, gouvernance, politique

4 réponses à “Deux France, mais un seul homme: pour une commission « collectisme et réconciliation »

  1. Walter Fernandez

    Comme toujours, ou presque, votre proposition est originale sans être extravagante, pleine de bon sens sans être banale. Même François Hollande, ce surdoué de la synthèse, n’aurait pu avoir une idée aussi brillante.

    Cela dit, j’ai peur que notre pays ne souffre pas du seul clivage entre républicains et royalistes. Il est d’autres pommes de discorde, autrement redoutable à mes yeux. En voici quelques unes :

    – Tous les Français n’ont pas reçu la même éducation. Certains ont appris à lire avec le Journal de Spirou, d’autres avec le Journal de Tintin, d’autres encore avec Pif, Pomme d’Api ou Megaporno-junior. Il en va de même pour la gastronomie. Comment réconcilier les enfants de Mac Donald’s avec ceux de Quick ? Comment renouer le dialogue entre les buveurs de Pepsi et les buveurs de Coca ? Voilà une gageure à la hauteur du Parti Collectiste et de son chef.

    – Tous les Français n’ont pas le même rapport à l’Autre. Certains sont franchement racistes, comme Jean-Marie Le Pen. D’autres sont d’une tolérance de bon aloi, comme Brice Hortefeux (« Quand il n’y en a qu’un, ça va »). D’autres enfin, tel Manuel Valls, prônent le respect inconditionnel de tous les sédentaires à la peau blanche. Comment réconcilier ces tendances si opposées ? Comment unifier harmonieusement ce spectre politique qui va de la vieille droite post-vichyssoise aux outrances gauchistes du locataire de la place Beauvau ?

    – Il en va de même dans le domaine socio-économique. Qui pourra trouver un terrain d’entente entre la CFDT et le Medef, ces ennemis de toujours ? Qui saura trouver un juste milieu entre la rigueur inflexible de Claude Guéant et l’austérité inébranlable de Jean-Marc Ayrault ?
    Qui, sinon George-Guy Lamotte et son digne successeur, Fernand Bloch-Ladurie ?

    – Tous les Français ne consomment pas les mêmes drogues. Certains, encore fort nombreux malgré un net recul des traditions, sont alcooliques. D’autres sont adeptes du cannabis. Quelques uns, enthousiasmés par la lecture de Baudelaire et de Quincey, sont devenus opiomanes. Quant à la jet set, on sait qu’elle a depuis longtemps jeté son dévolu sur la cocaïne. Et n’oublions pas nos chères têtes blondes, dont on sait la prédilection pour la colle et pour le crack. Rares sont les Français qui, comme moi, ont su dépasser les stériles querelles de chapelle et apprécier les mérites respectifs de chacune de ces drogues. C’est pourquoi je fais don de ma personne à la France, afin d’être un symbole d’unité nationale pour tous les toxicomanes de notre pays. A ce titre, je propose au Parti Collectiste de créer et de diriger un Comité Drogues et Réconciliation, afin de promouvoir l’œcuménisme et le respect mutuel en matière de consommation de stupéfiants.

  2. Walter Fernandez

    Erratum : Je voulais parler de la rigueur inflexible de François Fillon, bien entendu.

  3. Citizen Kohn.

    Non, pas ici, pas de montée en épingle du règlement simplissime
    de cette dichotomie manichéenne qui ne conduit qu’à l’affrontement
    dispendieux ou au rassemblement dégoulinant ! Enfin quoi,
    finie la diversité, mère de de la diplomatie et des casques bleus ?
    Pour quoi, en vérité, une réelle décérébration suivant la privation
    d’autres organes, pendants et ornementaux, et le fantasme sinistre
    d’un monde gluant de sirop consensuel ? Non, définitivement non,
    à chacun(e) son originalité, sa matrice d’idées, fruit explosif
    de trajectoires toutes différentes sans lesquelles n’aurait jamais éclos
    le collectisme, synthèse des synthèses ! Dynamique et non neutralisante !
    Le chaud et le froid, pas le tiède ! Le féminin et le masculin, pas l’unisexe !
    La vie et la mort, pas le coma ! Du plus et du moins, pas du rien !…

  4. Vous avez tous deux raison : la réconciliation nationale doit dépasser le simple cadre des questions politiques, et s’étendre à tous les aspects de la vie. C’est pour cette raison que j’ai donné un nom volontairement général à la commission « Collectisme et réconciliation », afin qu’elle puisse se saisir de tous les cas d’oppositions stériles.
    D’ailleurs, j’ai moi-même convoqué il y a quelques jours ladite commission, pour qu’elle statue sur le cas « Fernand Bloch-Ladurie contre Margot Becheuse » avant que le tribunal ne soit saisi. On ne peut sous-estimer le bien que peut apporter, pour chaque français, une telle institution.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s