Les chômeurs coûtent trop cher

Couch-potatoes-006On l’apprend ce matin : l’an passé, 812 millions d’euros d’indemnités indues ont été versées aux chômeurs français. Une partie du problème vient de la fraude, bien sûr, mais la plus grande part de cette somme est le résultat de la grande lourdeur bureaucratique de l’administration concernée. A cela s’ajoutent des effets de seuil si compliqués que j’ai moi-même renoncé à y voir plus clair au bout de trois lignes d’article de journal.

Le constat n’en est pas moins là, accablant : 812 millions d’euros gaspillés en pure perte, qui finiront probablement en écrans plats, jeux à gratter, et consoles de jeux, toutes marchandises qu’affectionnent les chômeurs. Rien ou presque d’utile, ni qui soutienne la compétitivité de la France.

Un gigantesque gaspillage

Au-delà de ces 812 millions, et si l’on veut bien prendre un peu de recul, l’ensemble des dépenses de l’assurance chômage s’élève à plus de 29 milliards d’euros annuels. Pour quel résultat ? Aucun, bien sûr. Il y a là un scandale dont je m’étonne que personne ne l’ait jamais soulevé, une véritable anomalie démocratique, et finalement, une sorte de démission du politique. Comme si, fasse au chômage, on se résignait à affirmer : l’Etat ne peut pas tout.

C’est faux. Il faut en finir avec les demi-mesures : ce ne sont pas quelques « emplois d’avenir » saupoudrés en Corrèze, ou un accord interprofessionnel encore plus incompréhensible (j’ai renoncé à en lire ne serait-ce qu’un résumé), qui permettront de sortir la France de l’ornière. Les chômeurs ont besoin d’un vrai stimulus, d’une bonne raison de se mettre au travail plutôt que de fainéanter sur leur canapé en buvant des bières tièdes devant Les feux de l’amour. J’ai déjà proposé, par le passé, de pénaliser (au sens strict du terme) la grande pauvreté. J’ai été traité de tous les noms – comme en ont l’habitude tous ceux qui disent bien haut une vérité que personne ne veut entendre. On pourrait donc imaginer une mesure plus humaine, puisque mes adversaires font assaut d' »humanisme ». Mettons les chômeurs en camp de travail, plutôt qu’en prison. Plus Camps de travailprécisément : au bout de trois offres d’emploi refusées, on enverrait les inscrits à Pôle emploi dans des Centres de rééducation par le travail, sans leur demander leur accord.

« Sans travail, rien ne se fait » (Lamotte)

On voit immédiatement les bénéfices d’une telle solution : une main d’oeuvre gratuite, parfois qualifiée, parfois même motivée par les tâches qu’on lui proposerait. Il suffirait de recruter dans des travaux d’intérêt général (construction de routes, terrassement dans les carrières, TD d’anglais dans l’enseignement supérieur) ceux qui préféraient jusque-là paresser sur leur hamac plutôt que de se rendre utiles. Au bout de quelques années, on pourrait même envisager de leur donner un petit pécule, en remerciement des efforts fournis. En outre, remettre de braves gens au travail, leur donner les bases d’une vie saine et utile, ne peut que les amener à regagner l’estime de soi qui leur faisait défaut, et à les encourager à trouver un nouvel emploi au plus vite.

Quant aux inconvénients, ils tiennent sans bagnedoute au recrutement des contremaîtres et des grade-chiourmes nécessaires à l’organisation du travail dans ces centres. A part cette dépense, mineure en comparaison du gain productif apporté par les anciens chômeurs, je ne vois pas d’autre désavantage à ce système.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Collectisme, politique

9 réponses à “Les chômeurs coûtent trop cher

  1. retel

    j’hallucine autant d’aneries en un article; vous aimeriez travailler gratuitement? a vous lire vous pronez le retour a l’esclavage , on ne paierait plus les chomeurs ou tres peu , de quoi précariser , rendre encore plus pauvre ces gens .. qui pour retrouver confiance et estime en eux memes demandent les memes droits (donc les memes salaires) que d’autres (a qualification egales) .. apres, certes il y en a qui en profitent pour glandouiller mais n’oubliez pas qu’ils ont cotisé donc travaillé pour financer l’argent qu’ils touchent en indemnités chomage.. vous pensez en plus que tout cet argent va partir en ecrans plats; telephones, etc.. non! et meme si c’etait le cas , ca soutiendrait le pouvoir d’achat et la consommation des ménages.. car si on leur enleve le chomage , ils ne pourront plus acheter donc encore plus précaires.. l’etat ne peut certes pas tout faire mais il doit permettre aux gens qui le désirent vraiment de s’en sortir .. et cela est possible le temps que l’on touche le chomage , les demandeurs d’emploi peuvent entreprendre une formation ou faire un diagnostic pour un projet professionnel… la preuve que le chomage ne signifie pas forcément, inactivité et paresse fénantise.. beaucoup de demandeurs d’emploi n’attendent que ça , de trouver un travail mais NE PAS ACCEPTER TOUT ET NIMPORTE quoi , un travail qui permette de vivre pas simplement survivre ! quant aux sommes que vous annoncez, une grande partie des trop percus est remboursée par les demandeurs d’emploi! donc arretez svp de STIGMATISER les chomeurs en les faisant passer pour des fainéants, des buveurs de bieres et TRICHEURS vis à vis de l’etat! n.b: je suppose que vous n’avez jamais subi le chomage et la dure réalité de retrouver un emploi stable et correctement rémunéré! il est bien précisé que ceux qui ont un trop percu a rendre , sont des gens qui ont fait plusieurs missions (intérimaires bien souvent) ou ont travaillé en collectivité donc la faute de l’indu n’incombe pas au demandeur d’emploi mais c’est une faute de pole emploi.. qui d’ailleurs devrait assumer les consequences des erreurs commises

  2. Un odieux philosophe

    Réhabilitation des ateliers royaux, quoi ! Comme au bon vieux temps !
    Me semble tout de même que ça n’avait pas été une réussite à l’époque…

  3. Bernard Henry Botul

    Apparemment le second degré n’est pas donné a tout le monde , les réactions sont encore plus drôles que l’article !!

  4. Citizen Kohn.

    « L’oisiveté est mère de tous les vices » (B.-H. V.), est-il peut-être utile de rappeler… Pour ce qui est des coûts astronomiques, autant insupportables qu’incompréhensibles, un retour du « trou » de la sécurité sociale sur le devant de la scène n’aura pas échappé aux vigies attentives de notre époque trouble. A combien de scandaleuses danseuses entretenues par l’inertie collective pourrait encore être accolée la vertueuse expression du titre ci-dessus : » (ça) coûte trop cher  » ? Le droit à la santé doit enfin être entendu comme le billet d’entrée, la cotisation, à débourser pour accéder à des services généralement sur mesure et gourmands en personnels souvent surpayés eu égard à leurs compétences réelles. En gros, tout ce qui échappe au libre et salutaire mécanisme de la concurrence par le jeu faussé d’un semblant de paternalisme étatique ! La proximité du 14 juillet est l’occasion de dépasser le sentimentalisme folklorique des bals et des flonflons pour dénoncer la survivance superflue des pompiers, ces tapageurs diurnes et nocturnes de l’espace public au prétexte de « missions » de sauvetage très ponctuelles et de quelques-uns seulement. Au travail, il ne devrait pas être difficile de lister les causes de gaspillages en regardant particulièrement du côté des soi-disant services publics !
    Tout ce qui n’est pas utile, immédiatement et au moins seize heures par jours, sept jours par semaines, douze mois sur douze ! Ah, dire que, saison aidant, les bouches sont pleines des mots pernicieux que sont vacances et congés ! Et l’on parlerait aussi de crise ? Mais laquelle, sinon morale et décadente ! Pourquoi pas artistique et culturelle, pendant qu’on y est !

  5. Alphonse la Talle

    Cher Mr Bloch-Ladurie,
    N’étant pas lecteur assidu de votre blog (je suis « tombé dessus » aujourd’hui par le hasard des liens), je dois avouer que votre billet sur les chômeurs m’a quelque peu interloqué. Je me suis demandé, jusqu’à la dernière ligne, si c’était du lard ou du cochon.
    Il a fallu que je lise les réponses aux réactions incendiaires pour m’apercevoir que en effet, cet article est apparemment du second degré. S’il s’avère que c’est bien le cas, le style est trop ambigu à mon goût.
    Le cliché de l’écran plasma et de la bière m’a d’abord évoqué votre appartenance à un courant d’extrême droite ; et ce n’est qu’après lecture des réactions que j’ai dû me raviser.
    La position socio professionnelle que vous semblez occuper (enseignant à science po) vous oblige, à mon sens, à plus de retenue dans les tableaux que vous brossez du peuple. Vous n’êtes pas humoriste, ni chroniqueur à France Inter. Et c’est pour cela que ce mélange des genres me dérange.
    Ma conclusion, bien que pouvant être qualifiée d’élitiste, est que le second degré n’est pas une « faculté » partagée par le plus grand nombre ; et il importe d’en tenir compte dans ses ecrits.

    Ah, une petite remarque sur l’orthographe :
    « Comme si, fasse au chômage, on se résignait à affirmer :  »
    On écrit « face », non, ou je n’ai encore pas compris quelque chose ?

  6. Passant

    @ Bernard Henry Botul
    L’article est drôle ? ha bon.

    Juste de la provoc a 2 balles pour faire monter le traffic de ce blog.
    En plus, en spammant les gros sites de news.

    Bref, un repaire de nuisibles

  7. Antoine

    Encore plus que votre (vos) qualite journalisticomique, je trouve les commentaires vraiment exceptionelles. La crise a rendu les gens beaucoup trop serieux.
    Il semblerait que le rire ait disparu avec la productivite de notre pays. Peut etre qu’en enfermant les chomeurs dans des camps de travail nous pourrions relancer la mechanique des zygomatiques de nos compatriotes?

    Je vais me renseigner sur votre dernier livre des que possible.

    • Achetez-le les yeux fermés (sauf pour informer votre numéro de CB), c’est une pépite de bon goût.
      Les commentaires afférents à ce billet, chez Fernand, seraient presque meilleurs que votre article.

  8. Pingback: Libération de la croissance : quelques nouvelles propositions | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s