La délinquance, c’est l’affaire de tous

emeutePartout en France, l’insécurité menace. L’islam radical met le terrorisme à nos portes, les camps de roms entretiennent une délinquance endémique, l’extrême-droite rassemble ses forces pour préparer un nouveau 6-février.Moi-même, en vacances au Cap-Ferret, j’ai dû supporter les incivilités d’une bande de gougnafiers, qui refusaient d’éloigner leur barbecue du jardin de ma résidence d’été.

Il faut réagir. J’ai observé avec satisfaction les efforts de Manuel Valls, cet été, pour remettre un peu d’ordre dans notre pays en proie à une violence barbare qui ne respecte plus rien. Quelques belles âmes s’émeuvent avec complaisance des accents martiaux du ministre de l’intérieur. Je ne partage pas leurs accents pleurnichards, mais je crois devoir formuler une critique : l’efficacité des forces de l’ordre est faible, et parfois proche de zéro. On l’a bien vu à Trappes, où quelques dizaines de musulmans d’apparence ont tenu en échec des policiers aguerris pendant deux nuits. Je l’ai moi-même constaté quand,M.-Pokora-le-dimanche-c-est-barbecue-en-famille-!_portrait_w674 après avoir vainement tenté de faire appel à la police du Cap-Ferret pour faire cesser le bruit et l’odeur à proximité de ma villégiature, j’ai dû me résoudre à me faire justice moi-même, en passant au kärcher les merguez des voisins.

C’est alors qu’une idée lumineuse m’est apparue. Délaissant le nettoyage expéditif des barbecues du voisinage, et laissant mes proches calmer les esprits des indélicats qui avaient l’outrecuidance de s’en plaindre, je sautai sur mon clavier et retrouvai, après plusieurs semaines d’inactivité estivale, le bonheur de livrer au monde les fruits de ma pensée.

Puisque les forces de l’ordre agissent peu, et mal, et sont constamment contrariées par d’inutiles procédures, il faut que les citoyens jouissent d’une certaine liberté dans la préservation de leur propriété, de leur vie, et de celles de leurs proches. J’ai déjà défendu le droit pour chacun de dissuader l’ennemi potentiel, grâce au port d’arme généralisé. Je crois utile d’aller plus loin, en autorisant la constitution de forces locales de protection des citoyens, qui seraient chargées de faire régner l’ordre dans un périmètre donné, et de suppléer ainsi à l’autorité déclinante de la police et de la gendarmerie. PROTECTION_VOISINS_VIGILANTSOn pourrait baptiser ces factions du nom de sécurité citoyenne, et y employer bénévolement des hommes de bonne volonté, attachés au maintien de l’ordre dans leur communauté. A n’en pas douter, face à la menace d’un bon coup de matraque dans les parties, les jeunes délinquants roms et/ou musulmans se tiendraient à l’écart des quartiers sous surveillance, finiraient par rentrer dans le droit chemin, et – qui sait ? – chercheraient peut-être même un travail honnête.

Je m’en vais de ce pas monter la première des brigades de sécurité citoyenne dans mon quartier, dès que mon beau-frère en aura fini avec cette indigne bagarre de rue autour d’un barbecue malodorant. Décidément, même en vacances, je ne peux m’empêcher de servir l’intérêt général.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Divers

9 réponses à “La délinquance, c’est l’affaire de tous

  1. Brillante idée, encore une fois ! Quand vous arrêterez-vous ?
    J’offre mes services félins à votre sagacité, et me propose de patrouiller sur les plages, un karcher à la main : tout individu lisant un Levy ou un Musso sera sévèrement puni. Leur mettre, de force, une bio de Lamotte entre les pognes serait un bon début de réhabilitation. Le terrorisme littéraire est, de loin, le pire de tous.
    http://www.quandletigrelit.fr/dodecatora-chap-ml-12-titres-de-marc-levy-a-craindre/

    • Vous avez pleinement raison : on commence par lire Marc Lévy, et on finit pédophile, ou incendiaire, ou même journaliste télé. Pour répondre à votre question : je ne m’arrêterai jamais, bien sûr, à moins que les forces de la réaction parviennent à me bâillonner.

  2. Citizen Kohn.

    Bonne rentrée, Texas Boy ! Fâché qu’un nuage de sardines grillées et gazéifiées ait pu gâcher vos vacances ! Heureusement, l’esprit est toujours agité. En témoignent vos solutions ingénieuses à nos petits problèmes récurrents de « vivre ensemble ». Leur bon sens pratique vous vaut l’affectueuse apostrophe de la première ligne, prouvant la joie de renouer avec votre corne d’abondance intellectuelle. Pas d’objection à vos fines déductions ; peut-être seulement un petit supplément d’observations : que faire contre les sonneries de portables qui interrompent, partout et à toute heure, nos siestes bienfaisantes ? Vous aurez bien quelque préconisation aussi habituellement étonnante que foudroyante… Autre réflexion, concernant l’opportunité de l’intervention des forces de l’ordre : elles sont trop souvent accusées de ne pas se trouver au bon endroit, ce qui entraîne d’inévitables discussions sur leurs effectifs et les crédits à mobiliser en conséquence. En fait, la question n’est-elle pas plutôt du moment de leur intervention ? Le regretté Offenbach n’avait-il pas eu en son temps la clairvoyance de consigner dans ses œuvres joyeuses la tendance inhérente aux carabiniers d’arriver en retard où leur action est nécessaire ? Alors, avancer leurs pendules, adapter leur emploi du temps à celui de la délinquance, histoire d’augmenter la fréquence des flagrants délits, voire les entraîner à mieux anticiper les atteintes à la loi de manière à en minimiser les préjudices envers nous, les citoyens honnêtes, francs et braves ? Un peu plus d’initiative et de bonne volonté, que diable ! Economie et pertinence !

    • Il faut effectivement donner aux forces de l’ordre le moyen légal d’intervenir avec promptitude. Je suggère qu’on étudie la possibilité d’arrestations préventives et de garde à vue anticipées.

  3. Boris Zaroff

    Cher Maître, cher Tigre,

    Si jamais vos milices citoyennes ont un peu de temps libre pourriez-vous leur demander de passer dans mon immeuble ? Figurez-vous que le jeune couple à qui j’ai la bonté de louer un appartement en face du mien vient de pondre un abominable niard qui gâche mes nuits. Ce petit lémurien fripé, et dont tout le monde feint hypocritement de ne pas voir la laideur scandaleuse (« Oh ! mais qu’il est mignon !), n’a rien trouvé mieux que de me vriller les tympans par ses hurlements suraigus.

    L’affaire ne serait pas si grave si elle ne concernait que ma personne. Seulement, il se trouve que j’ai commencé d’écrire un ouvrage d’intérêt public : Le collectisme expliqué à ma domestique. Ce livre, qui devrait apporter dans les foyers les plus humbles le message d’espoir de Georges-Guy Lamotte, ne verra peut-être jamais le jour. Mes nerfs, gravement ébranlés par les cris du monstre, ne me permettent plus de continuer mon travail. J’en viens à me demander si ce résultat lamentable n’a pas été VOULU par mes locataires. Une agence de détectives m’a appris que l’homme a des origines andalouses, c’est-à-dire quasi arabes. Quant à la femme, elle a voté pour Besancenot en 2007 – c’ est dire si elle doit détester un véritable socialiste tel que moi.

    Évidemment, j’ai tenté d’expulser ces deux coquins et leur petit Antéchrist. Un jour, je leur ai dit : « Votre complot contre le Collectisme a échoué, petites ordures. Je vous laisse une semaine pour décamper. » Et que croyez-vous qu’ils m’ont répondu ? Que je n’avais pas le droit de les mettre dehors ! Et le pire, c’est qu’ils ont raison. J’ai vérifié : la législation est de leur côté ! C’est absolument incroyable, mais c’est ainsi. La loi est encore plus mal faite que je ne le croyais. Pauvre France !

    Vous comprendrez maintenant, cher Maître, cher Tigre, pourquoi je fais appel à vos services. Il en va, j’ose le dire, de l’avenir du Collectisme. Deux ou trois miliciens seraient vraiment les bienvenus… Du reste, il n’est pas nécessaire que leur intervention soit violente. Je ne veux pas la mort du pécheur : juste son endormissement. Quelques coups de matraque suffiront.

    • Cher Boris,
      ce serait avec joie, mais cela dépend de votre domicile. En effet, à moins que vous n’habitiez dans certaines circonscriptions du 92, vous m’envoyez désolé : mes miliciens, après lecture de quelques vieux tracts de Lamotte que j’avais laissés traîner, ont décidé de m’imposer un avenant à leur contrat de travail.
      Le dos au mur, je n’ai pu qu’accepter que ces petits fils de catins ne travaillent qu’en 72/3. Résultat, ils sont toujours crevés et refusent toute mission qui leur prendrait plus de 24 minutes quotidienne de trajet en voiture.
      Mais pour manifester avec la Barjot, comme par hasard déferler à Paris ne pose plus de problème.
      On ne peut plus se fier aux petites gens, c’est terrifiant.

    • Quel scandale ! On saccage le bien-être des honnêtes citoyens pour de basses raisons reproductrices. Je vais vous mettre en contact avec quelques membres du SAC (service d’action collectiste).

  4. Boris Zaroff

    Cher Monsieur Tigre,

    J’habite à Neuilly-sur-Seine, comme tout le monde. Cela conviendrait-il à vos gens ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s