Luttons contre le FN en lui coupant l’herbe sous le pied

Hélas, les journaux ont d'autres prioritésDe toutes parts, les avertissements fusent : le Front National a le vent en poupe, il est bien parti pour gagner de nouveaux électeurs, devenir le premier parti de France, et avaler tout cru l’UMP. Tout en nous alertant sur l’islamisation de la France et la menace rom, les « unes » des journaux et des JT le proclament jour après jour : il faut faire attention à l’audience croissante de Marine Le Pen.

Que doit faire un gouvernement de gauche face au péril national-populiste ? Condamner celui-ci au nom du danger qu’il fait peser sur la démocratie ? C’est insuffisant. Mieux communiquer sur les grands succès remportés dans la lutte contre le chômage et le redressement de la croissance ? Cela risque de ne pas durer, hélas. Non, décidément, une seule stratégie peut réussir à contrer l’influence de l’extrême-droite : il faut aller au front.

Il faut en finir avec les scrupules mal placés, et affirmer haut et fort que l’immigration est un problème. Que l’on ne peut maintenir des millions de « Français » dans l’assistanat. Le_Pen Que l’insécurité gangrène notre beau pays et que les citoyens doivent pouvoir y mettre un terme par eux-mêmes. Que la fiscalité étouffe nos commerces, nos bureaux de tabac, et nos artisans. Qu’on doit en finir avec le laxisme soixante-huitard et remettre de l’ordre et de la discipline à l’école. Que les minorités communautaristes et arriérées n’ont pas vocation à s’intégrer à notre société.

Une fois cette habile triangulation effectuée, les électeurs ne s’y tromperont pas : tous ceux qui étaient tentés par le vote FN reviendront dans le giron républicain, enchantés que leurs idées soient défendues par des dirigeants politiques auxquels ils ne faisaient plus aucune confiance, jusque là. Peut-être certains timides, et quelques idéologues bornés, effarouchés de voir le populismo-nationalisme s’étendre jusqu’à la gauche de gouvernement, feront-ils la fine bouche. Qu’importe : on aura construit une solide majorité pour toutes les élections à venir. Au travail, camarades !

Publicités

18 Commentaires

Classé dans politique

18 réponses à “Luttons contre le FN en lui coupant l’herbe sous le pied

  1. zigorhizomatique

    Tiens ça me rappelle la position idéologique de mes éditocrates préférés.
    C’est vous qui les avez formés ou l’inverse ?

  2. PSiLo

    Je ne suis pas du tout partisan du FN (ni d’aucun parti politique en fait) mais l’angle d’attaque de cet article me paraît un peu inquiétant.

    Ce passage par exemple : « Condamner celui-ci au nom du danger qu’il fait peser sur la démocratie ? C’est insuffisant. »

    Pouvez expliquer en quoi le Front National est un danger pour la démocratie exactement ? J’entend tout le monde se permette de sortir cette phrase toute faite mais ça ressemble plus à de peur maladive qu’à autre chose. Il s’agit là d’un parti politique, tout ce qu’il y’a de plus républicain (de fait, puisque c’est un parti politique), on peut ne pas adhérer aux idées mais en quoi est-ce un danger pour la démocratie ? En quoi le peuple ne pourrait plus faire valoir sa voix si il décide d’élire ce parti démocratiquement ? Ce que je ne comprends pas c’est que, si c’est l’UMP ou le PS alors c’est de la merde mais c’est démocratique, mais si c’est le FN alors là, direct, c’est la fin de la démocratie. La démocratie c’est pas quand ça vous chante les gens hein…

    D’autre part par la suite vous évoquez les problèmes qu’il faudrait aborder/régler pour couper l’herbe sous le pied au FN. C’est bien. Mais ce qui fait peur c’est que vous présenter le FN comme un prétexte, une raison, une motivation, pour résoudre ces problèmes. Vous comprenez ? Le but en soi c’est pas de lutter contre le FN, le but c’est de régler le problème. Si vraiment « l’insécurité gangrène notre beau pays », ce qui alarmiste au possible, alors il faut régler le problème pour régler le problème, pas pour que le FN ne fasse pas je ne sais quel score complétement non-représentatif et ininéteressant à je-ne-sais quel concours people, euh, élection à venir. On est pas là enculer des mouches, la politique pour la politique ça n’a aucun intérêt.

    • Enculeur de mouches

      Le Front National est un danger pour la démocratie, ce n’est pas une phrase toute faite et encore moins une peur maladive, c’est du simple bon sens.
      Si elle est élue, vous voyez Marine Le Pen autoriser une manifestation contre une réforme quelconque de son gouvernement? Vous imaginez Marine Le Pen tolérer à la télévision publique, dans les journaux, les satyres de programmes humoristiques ou d’éditorialistes taquineurs? Vous pensez sérieusement qu’un gouvernement d’extrême droite représenterait la liberté de religion pour ne citer qu’elle, l’égalité entre les individus et la fraternité entre français de diverses origines telles qu’un parti politique « historique » de gouvernement, de gauche comme de droite? Personnellement je ne le pense pas, j’en suis même certain.
      Vous avez cependant raison: nos partis traditionnels sont en crise de leadership majeure, l’économie est en berne, tous les ingrédients sont là pour que le FN soit élu « démocratiquement » comme vous dites, mais qu’on ne s’y trompe pas, le FN au pouvoir c’est la fin de la démocratie. Penser le contraire c’est ne pas connaître la politique, ni l’Histoire, c’est tomber dans les erreurs du passé. A vous lire, c’est peut-être déjà trop tard.

      • Danièle LORRIOT

        Je suis d’accord avec cette idée que le Front National avance toujours masqué, que sa création par des mouvements néo-fascistes ou anciennement collaborationnistes en 1972 n’est pas un gage d’adhésion à la forme républicaine de nos institutions, fondées sur la séparation des pouvoirs. Son emblème est d’ailleurs calqué sur celui du MSI, parti d’extrême droite fondé en 1946 en Italie par les anciens partisans de Mussolini, dont la partie verte du drapeau italien a simplement été remplacée par la couleur bleue du drapeau français. Il faut être bien naïf et ignorant de l’histoire pour considérer que le FN n’est pas un danger pour la démocratie. D’ailleurs, PSiLo ne se cache pas de mépriser le système des élections qu’il assimile à « un concours people » et semble considérer que la fin doit justifier les moyens en affirmant, à propos des problèmes de sécurité trop souvent montés en épingle par les médias, qu »il faut régler le problème pour régler le problème ». Comment ? par la force, naturellement … Au moins, c’est clair.
        Le Front National se sert de la démocratie pour tenter de parvenir au pouvoir, mais une fois installé, il n’aurait de cesse que de restaurer un état autoritaire, avec pour modèle « l’Etat Français » de Pétain (1939-1944) et son système corporatiste.

      • Prout Man

        C’est marrant, mais 100% de ce que tu dis s’applique également aux partis d’extrême-gauche. Mais curieusement, à l’époque où le PCF était le troisième partie de France, on n’entendait jamais personne dire « si le PCF arrivait au pouvoir, ce serait la fin de la démocratie ». Evidemment ça ne pouvait pas être le cas, puisque le PCF se réclamait de la « démocratie populaire ». (sic)
        Ahlalala, les françouzes et leur indignation sélective, ils oublient un peu trop facilement que le « totalitarisme », ça se trouve aussi bien à gauche qu’à droite. Message à tous les dictateurs en herbe, si vous voulez espérer un jour arriver au pouvoir dans ce beau pays, réclamez-vous de Robespierre, de Lénine, de Mao, tous de sympathiques personnages, qui certes ont massacré par millions, mais qui ne l’ont jamais fait sur une base raciste, donc tout va bien.

      • O'Brian

        Cher Thucydide de comptoir au pseudo très frais,
        Belle intervention badine où on apprend que Robespierre a tué des « françouzes » par millions.
        Que dire du mal de jeanmarine classe l’effronté dans les gauchistes irresponsables.
        Et que le racisme, hein ? finalement …
        On sent de quel côté penche Pseudo-très-frais.

    • Kalfouët

      Cher PSiLo,
      Vous êtes donc niniste, ni gauche, ni droite. Donc le fn n’est pas un problème pour vous et vous avez raison. Le fn a été fondé par un breton, ce qui n’est pas rien quant on lit certains commentaires laissés sur ce digne blogue. Entouré d’hommes décidés, francs du collier, passionnés et, certes un peu bourrus, mais qui ne l’est pas dans la grande famille nationaliste ? On y trouve, je cite le Canard pour la liste, d’anciens pétainistes, d’anciens waffen-ss, des anciens d’ordre nouveau, des anciens poujados, des anciens d’indo, des anciens fachos, des neonazis, des monarchistes, des catholiques traditionalistes, des nostalgiques d’Algérie française … n’en jetons plus. En quoi ces braves gens peuvent-ils nuire à la  » démocrassouille et la ripoublique  » comme ils disent : sont-ils farces. D’ailleurs jeanmarine n’a t-elle pas dansé la valse avec d’anciens nazis en janvier 2012 en Autriche. Danser une valse mettrait la démocratie en danger ? Ah ! le Beau Danube bleu-marine. !
      D’ailleurs jeanmarine n’a t-elle pas menacé d’interdire qu’on nomme son parti d’extrême-droite sous prétexte que c’est  » crade  » ? Interdire de penser et de dire n’est-il l’apanage des totalitaires. En quoi les totalitaires mettraient-ils la démocrassouille en danger ?

      Peinture Esprit déco satin – anthracite – 2.5 L – Peinture alkyde – RIPOLIN – neuf
      La peinture Esprit Déco de RIPOLIN est une peinture 100% à l’eau monocouche issue d’une recherche technologique avancée. Sa composition en alkyde
      ( Alkyde ? c’est pas Arabe ça ? )

  3. Boris Zaroff

    Cher Maître,

    Je crois qu’il existe une autre solution, dont l’élégance n’a d’égale que l’efficacité. Pour éviter qu’un parti d’extrême droite ne gouverne un jour la France, il suffit de faire en sorte que le FN cesse d’être à l’extrême droite. Comment faire ? En infiltrant cette organisation ? Non, bien entendu. Cette méthode est trop longue et trop risquée. D’ailleurs, en ce moment, c’est plutôt le FN qui infiltre ses concurrents que l’inverse. Ce qu’il faut, c’est tout simplement créer un parti beaucoup plus extrémiste encore que le FN. On pourrait, par exemple, s’inspirer d’Aube dorée. Ainsi, l’organisation de Marine Le Pen deviendra un parti de « centre-droit ».

    • C’est une idée risquée : certains pourraient prétendre créer un parti encore plus extrême, et ainsi de suite. C’est ce que des collègues politistes appelleraient « l’extrême-droitisation de la société ». Dieu merci, nous en sommes très loin.

  4. Birinig

    Cher FBL,

    Il faut avant tout rassembler la Gauche. Le FN n’étant plus à l’extrême-droite mais à droite, tous les autres mouvements sont de facto, à gauche. Il suffit donc d’un homme politique, expérimenté, rassembleur et charismatique, qui soit en capacité de gagner ou de faire gagner son équipe à toutes les élections en portant haut et fort les valeurs de cette nouvelle Gauche rassemblée : je pense à Patrick Balkany qui, avec Isabelle Balkany pour l’épauler, me semble être le seul politique actuel capable de faire gagner la Gauche.

    • M. Balkany a du talent, et sait se faire régulièrement réélire chez lui, à Levallois. Mais pour une candidature nationale, il faudrait privilégier un homme compétent, au fait de l’histoire politique de la France, enseignant par exemple, particulièrement à Sciences-Po.

  5. Boris Zaroff

    In memoriam Walteri

    (A ceux qui n’auraient pas pris connaissance de mon différend avec M. Fernandez, je les prie de bien vouloir se reporter aux derniers commentaires de l’article : Choc de simplification : pas plus de trois ministres par gouvernement)

    Walter Fernandez n’est plus. Il s’est effondré ce matin, à 5h30, terrassé par un kouign-amann rassis que je lui avais balancé en pleine tête. Je ne regrette pas mon geste. Le combat était loyal et mon adversaire m’avait offensé. Justice est faite.

    En tant que collectiste, cependant, je ne saurais me réjouir de cette mort. Fernandez n’était pas seulement « Walter le malpoli » – pour reprendre l’heureuse expression d’ArtyShow : c’était aussi un grand commentateur de l’œuvre du Maître, laquelle était pour ainsi dire toute sa vie. Ses derniers mots, d’ailleurs sont significatifs à cet égard. Ignorant, tel Socrate s’apprêtant à boire la ciguë, son épouse éplorée et ses niards hurleurs, il a murmuré dans un souffle : « Deux personnes ont compté dans mon existence, Zaroff. Deux, vous entendez ? Georges-Guy Lamotte et Fernand Bloch-Ladurie. » Je propose qu’une minute de silence soit consacrée à ce disciple exemplaire lors de la prochaine réunion du parti collectiste.

    • Cher Boris,
      J’ai lu hier avec stupeur votre récit du duel qui vous a opposé à ce cher Walter. Nous perdons un des tout premiers collectistes, par la puissance d’analyse et la hauteur de ses vues. Mais je ne doute pas que vous saurez le remplacer, comme vous vous y employez d’ores et déjà. Amicalement,
      FBL

  6. Une partie des explications est là. Une autre dans un article que je cite dans mon dernier post. Et le reste est à trouver (parce que je pense qu’il y a encore d’autres raisons à cette ascension du FN)

  7. Citizen Kohn.

    Est-ce là le manifeste de naissance d’un national-collectisme ?
    De quoi susciter une réserve bien naturelle
    chez les collectistes canal historique !
    Pas de dissolution du collectisme monolithique
    dans quelque autre mouvance que ce soit !
    Pas de compromis ! Pas de négociation, pas de calcul politicien !
    Le collectisme pur et rien que le collectisme ou rien !
    Que ce soit clair, public et permanent !

    • Vous auriez tort de lire dans ce post une déviation par rapport à la ligne générale de ce blogue : conseiller les puissants, ne reculer devant aucune solution inventive, précéder l’innovation politique qui ne manquera pas, demain, d’advenir. Rien de plus.

  8. Pingback: Dernière minute : Alain Finkielkraut m’apporte son soutien | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  9. Cette volonté farouche de Mme Le Pen de s’autoexclure de l’extrême-droite pose quand même un problème d’intendance que personne n’a relevé et qu’il me semble cependant important d’anticiper.
    Si, et la récente élection d’un conseiller cantonal ne laisse plus aucun doute là-dessus, chacun sachant que Brignoles est notre Ohio, le parti de Mme Le Pen investit en force l’assemblée aux prochaines élections législatives, gageons qu’elle confirmera avec la vigueur qu’on lui connait son rejet du vocable « extrême-droite » pour qualifier son parti et qu’il se posera alors avec acuité la question du placement des élus dans l’hémicycle.
    Madame Le Pen, comment croire qu’elle pourrait, forte de ce succès historique, baisser la garde à ce sujet, trouvera là un nouveau combat contre ceux qu’elle amalgame dans l’UMPS.
    Les élu(e)s UMP et PS, quant à eux-elles, mais aussi bien ceux-celles du centre -s’il en reste- ne parlons pas de vert(e)s, ne voudront certainement pas entendre parler d’un quelconque décalage, arguant, pour la bonne compréhension des futurs débats par un public toujours plus nombreux et friand des futures envolées et autres passes d’armes, de la nécessaire continuité si ce n’est de la république, au moins de celles des affectations des sièges aux uns et aux autres selon la tradition de la dite république.
    Les élu(e)s de la nation auront certes le recours d’investir les balcons jadis occupés qui par la presse, qui par le public.
    Les journalistes et autres équipes de télévision se retrouveraient alors à devoir occuper les bancs chargés d’opprobre de l’extrême-droite de l’hémicycle.
    Y seront -ils mal à l’aise ?
    Peut-être.
    Assurément, les angles des caméras s’en trouveront modifiés, peut-être y gagnera-t-on finalement de nouveaux points de vue, ceux qu’une nouvelle population d’élus de la nation réclame.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s