Pourquoi je suspends le paiement de mes impôts

Menacé d’unemanif_ecotaxe jacquerie sans précédent dans la région de France la moins civilisée, le premier ministre a pris, ce matin, la décision de suspendre l’application d’une taxe fort décriée par les agriculteurs et les entrepreneurs locaux. Nouveau recul dans la politique fiscale d’un gouvernement aux abois, cette mesure est pourtant très insuffisante pour endiguer la juste colère qui saisit les contribuables français, surtout ceux d’entre eux qui disposent de revenus confortables et d’un accès privilégié aux médias de masse.

Il faut donc aller plus loin : une suspension sine die de l’impôt sur les sociétés semble nécessaire pour restaurer la compétitivité des entreprises et les dividendes versés aux actionnaires. L’impôt sur le revenu devrait également être suspendu, pour relancer la consommation des ménages, en particulier les plus fortunés qui consomment des produits français (Dior, Moët & Chandon, Hédiard). PatrimoineD’ailleurs la taxe sur la valeur ajoutée pose le même genre de problèmes aux entreprises et aux ménages : suspendons-la temporairement. Sans parler de la taxe d’habitation, de la TIPP flottante, et de la taxe foncière…

Devant l’irrésolution et la timidité du gouvernement, j’ai décidé de prendre les choses en main. Ce midi, j’ai payé ma baguette 20% de moins que son prix, déduisant par avance le montant de la TVA. Les protestations du boulanger ont eu raison du courage des autres clients, qui se montrèrent d’abord tentés de me suivre. Que voulez-vous… il faut des pionniers audacieux à tout mouvement social. J’ai également décidé de ne pas payer mes impôts sur le revenu cette année, et d’envoyer au Trésor Public une carte de voeux criduconhumoristique. Pour finir, j’ai garé ma voiture sur une place payante sans me préoccuper d’une possible contravention. Réfléchissant aux résultats rapides des manifestations bretonnes contre l’écotaxe, j’ai mis le feu à un parcmètre, en signe de protestation.

J’invite mes concitoyens à se joindre à moi, pour faire comprendre au gouvernement qu’il lui reste encore beaucoup de renoncements à mettre en oeuvre. Que tous les contribuables se donnent la main (sauf ceux à qui on l’a arrachée), et se rassemblent devant les centres des impôts. Que chaque automobiliste lance sa propre opération escargot en se rendant au travail le matin. Qu’un grand élan de solidarité et de partage réunisse enfin tous les citoyens épris de justice et soucieux de leur portefeuille. Une seule solution : la suspension !

Publicités

3 Commentaires

Classé dans gouvernance, politique

3 réponses à “Pourquoi je suspends le paiement de mes impôts

  1. Citizen Kohn.

    Aïe, est-ce là un signe avant-coureur de l’épuisement du magnifique héritage collectiste, tellement fécond en son temps et en surprises lancées dans la face triste de la logique commune ? Quelle réaction attendue et toute petite ! Le panache collectiste d’antan commandait plus d’éclat, le génie était dans le contrepied : c’est une crise positive de l’impôt qu’il fallait déclencher en payant systématiquement dix fois, cent fois et plus, les sommes réclamées, paiements provisionnés ou non, pour penser à la population qui ne donne ni ne suit de cours dans les rares écoles qui préparent au pouvoir économique ou politique ! Imaginez la scène et ses répercussions… Les pseudo déficits récurrents des comptes publics seraient vite comblés enlevant tout mobile à la poursuite de la coutume de l’impôt mais, bien avant, la collecte et l’affectation de la manne seraient paralysées par les travers de la bureaucratie décontenancée par une avalanche excédentaire non inscrite dans ses manuels pointilleux.
    Et qu’il ne soit pas question d’imiter le stratagème du boutiquier s’acquittant de sa dime à grand renfort de petite monnaie en vrac dans des sacs malodorants ! L’élan collectiste n’est pas dans l’envasement délétère mais dans le raz-de-marée néo-régénérateur ! Il y a toujours une pierre au sommet de la montagne !

    • Je suis désolé, cher ami, de vous décevoir. Peut-être me suis-je laissé emporter par un élan d’altruisme et de solidarité qui m’a momentanément aveuglé. Dieu merci mes commentateurs veillent sur l’esprit du collectisme avec un zèle jaloux.

  2. Citizen Kohn.

    Peut-être, ô Fertiliseur de la pensée politique contemporaine, trouverions-nous une belle porte de sortie dans la réflexion suivante :
    que le collectisme vaillant et organisé collecte (évidemment !) lui-même
    l’impôt ? Ainsi, non seulement cette formalité individuelle tombera
    dans le pot commun que les cadres du mouvement sont aptes
    à faire fructifier mais le versement ne sera plus pour chacun(e)
    qu’une contribution de bon cœur et un acte libératoire !
    Les modifications nécessaires seraient minimes : il suffirait au fond
    de libeller les chèques non plus à « Trésor public » mais à « Trésorier collectiste »… Quelques détails pratiques et législatifs restent sans doute
    à préciser, la sagacité de nos habituels sympathisants y pourvoira.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s