François Hollande doit faire interdire tous les magazines people

closer-hollande-gayet_scalewidth_630Je ne lis jamais Closer, bien sûr. Il m’arrive de le feuilleter, du bout des doigts, chez mon coiffeur. Scandalisé par l’étalage de ragots, de publicités et d’horoscopes auquel se résume ce genre de presse, je retourne au plus vite au Nouvel Observateur ou à l’Express, deux hebdomadaires auxquels j’ai abonné mon coiffeur pour son édification et sa culture, et qui ne versent jamais dans de tels travers. C’est donc avec la plus grande surprise que j’ai découvert ce matin l’étalage malsain de la vie privée du président de la République, sur les sites internet de la presse sérieuse, peu coutumière de tels agissements.

Assailli par une tempête médiatique orchestrée par la réaction, qui imagine certainement saper l’autorité présidentielle au lendemain d’une victoire décisive de l’exécutif (extinction de l’antisémitisme en province), François Hollande doit se ressaisir. Or, cela tombe bien, la décision du conseil d’Etat rendue hier soir lui donne des instruments neufs pour sévir.

Qu’est-ce, en effet, que le chef de l’Etat, sinon le premier de tous les citoyens, donc le premier de tous les êtres humains ? Attenter à sa vie privée, c’est s’attaquer à la dignité humaine en général.

Quelles seront les conséquences, par ailleurs, de la propagation de rumeurs délétères sur le coupe présidentiel, au moment où nos concitoyens perdent confiance dans leurs élus ? Sans conteste, une aggravation des troubles à l’ordre public que connaît déjàfrancois-hollande-et-valerie-trierweiler-sur-la-scene-de-la-bastille-10692787dsdyy_2348 notre pays : manifestations, quenelles, édifices publics brûlés, etc.

Il est donc clair que la jurisprudence Dieudonné doit s’appliquer de nouveau : pour prévenir les troubles occasionnés par la prétendue « liberté d’expression » d’une presse vautrée dans l’immondice, il faut interdire, par anticipation, toute nouvelle publication portant atteinte à la personne du président, et par là, à la France. Interdisons déjà, par ordonnance ou par décret, toute la presse people. Le niveau du débat public en sortira grandi, et mon coiffeur finira peut-être par s’intéresser aux vrais sujets : dette publique, francs-maçons, classement des hôpitaux.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans gouvernance, politique

6 réponses à “François Hollande doit faire interdire tous les magazines people

  1. goepel

    vous avez raison vive la dicatature, c’est le meilleur des régimes politques !

  2. Citizen Kohn.

    Hmm ? Tss, tss, et s’il fallait plutôt se garder de tomber dans le panneau ?
    Un président normal, un homme, ne se doit-il pas et ne nous doit-il pas d’avoir une existence normale ? Un carnet d’adresses, un taux d’activité raisonnable, en rapport avec l’état de sa prostate, déjà invoquée à la une, quoi de plus normal, de plus honorable en pays de France ? Non, à la rigueur, c’est ce semblant de petites cachotteries qui pourrait aboutir a des situations vaudevillesques ; il conviendrait de rétablir le cérémonial des levers, grand et petit, pour le chef de l’Etat, afin que tout un chacun, à commencer par les huissiers en charge, sache à qui il a affaire en toute circonstance. Sans aller tout de même jusqu’à instituer un très fantasmé droit de cuissage, péripétie écartée par l’échec prématuré au seuil d’une chambre d’hôtel d’un autre candidat encore dans toutes les mémoires, il faudrait enfin se rendre compte que l’élection du premier magistrat de France ne s’arrête pas à la ceinture comme le cadrage des présentatrices télévisées de l’Ortf d’antan ! De plus, »nihil novi sub sole » pour autant que l’on se souvienne des tribulations des prédécesseurs de l’actuel. Non, vraiment, dossier vide, affaire suivante !

  3. COUCOU

    Loin de moi l’idée de douter de vous maître mais votre photo me semble démontrer l’inutilité totale d’aller exposer votre immense boite crânienne chez les capilliculteurs. Seriez-vous abonné à ces opuscules infâmes?

  4. Boris Zaroff

    Cher Maître,

    La proposition que vous faites est la sagesse même. Malheureusement, elle risque de choquer nos concitoyens. Corrompue depuis des décennies déjà par le venimeux sirop des populistes de droite et de gauche, la cervelle des Français n’a que trop tendance à confondre la liberté et la licence, la démocratie et l’anarchie, la réforme et la chienlit. L’interdiction de tous les magazines people passerait donc, j’en ai peur, pour une atteinte aux libertés fondamentales – alors que ce serait, tout au contraire, le premier pas vers l’instauration d’une démocratie apaisée et rationnelle.

    Dès lors, il est probable que MM. Hollande et Valls n’appliqueront pas vos conseils, qu’ils jugeront sans doute très raisonnables dans l’absolu mais périlleux d’un point de vue stratégique.

    Faut-il pour autant renoncer à agir ? Je ne le crois pas. Dans Du contrat social, Rousseau écrit qu’à défaut d’interdire les partis – c’est-à-dire les factions, toujours promptes à faire passer les intérêts particuliers avant la volonté générale des citoyens – il faut faire en sorte qu’ils se multiplient, de manière à ce qu’aucun d’entre eux ne puissent dominer les autres. Il me semble qu’on pourrait en faire autant pour les magazines people. Pour réduire Closer et autres étrons médiatiques à l’impuissance, le gouvernement doit créer de toutes pièces une foule de magazines people qui lui soient favorables. Paris Match a longtemps joué ce rôle. Hélas ! ce respectable outil de propagande ne suffit plus à inspirer à la plèbe le respect de ses gouvernants. Ce qu’il nous faudrait, c’est une vaste gamme de magazines, chacun étant destiné à une cible spécifique. Pour les jeunes : L’élyséen, le Mag’ des lycéens. Pour les séniors : Euthanasie hebdo. Pour les pauvres : Le changement, c’est bientôt ! Pour les riches : Niche fiscale Magazine. Pour les racistes et les nostalgiques du fascisme : Valls est partout. La liste n’est pas exhaustive, on s’n doute.

    Chacun de ces magazines sera riche en photos prises sur le vif, chargées de grâce et d’émotions, et qui dévoileront l’humanité cachée de M. Hollande et de ses proches. On y verra M. Moscovici distribuer un peu de pain rassis à des pauvres méritants (c’est-à-dire votant encore pour le parti socialiste), M. Hollande flatter la croupe d’un bonnet rouge, M. Montebourg payer une tournée de picon bière à des chômeurs lorrains, M. Valls offrir une rose à des petites filles roms après avoir nettoyé leur campement insalubre au kärcher, etc. Naturellement, tout cela aura un coût. Pour y remédier, je suggère de faire des économies d’échelle en incorporant le ministère de la Culture dans celui de l’Intérieur, qui sera dorénavant appelé : Ministère de l’Identité nationale et de la Propagande.

  5. birinig

    Cher Maître,

    Vos deux dernières contributions évoquent la presse. Je partage assez peu quelques commentaires écrits par certains amis collectistes et j’irai, une nouvelle fois, plus loin que vous.
    Je propose que le trio Niel-Pigasse-Bergé rachète l’ensemble de la presse française. Ils pourraient ainsi mettre un terme à la diversité apparente des publications en imposant une même ligne éditoriale. Mieux, pourquoi ne pas regrouper tous les titres en un seul que nous pourrions appeler « La Vérité » (Правда).
    Les rubriques people constitueraient un cahier central, détachable et ainsi facile à installer dans les toilettes.
    La PQR est également concernée, particulièrement « Le Télégramme de Brest et de l’Ouest » et « L’Ouest-Eclair », organes officiels du mouvement de « Bonnets Rouges ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s