Pour un service public des « sugar daddies »

sugar_daddyMarianne nous apprend aujourd’hui qu’un site internet américain, destiné à mettre en contact de riches hommes d’affaires avides de compagnie féminine, et des étudiantes démunies, ouvre une version française. C’est évidemment un scandale. Comment peut-on laisser une entreprise américaine détourner à son profit les ressources nationales, toute honte bue, et sans concurrence ? Où est Arnaud Montebourg lorsqu’on a besoin de lui ?

D’aucuns, choqués de ces échanges marchands, prétendent qu’il s’agit là d’une forme de prostitution. Balivernes, évidemment. Il s’agit simplement de rendre plus faciles ces « relations mutuellement profitables ». Le véritable problème se trouve dans la commission prélevée par le site internet en question. Pourquoi ne pas mettre en place un service public gratuit, destiné aux étudiantes françaises, qui remplirait le même office ?

De quoi souffrent, en effet, les étudiantes toujours plus nombreuses à s’inscrire à l’université, sans grand espoir de décrocher un diplôme ? De la maigreur des bourses qui leur sont parcimonieusement allouées. Ajoutez-y le coût du logement, le prix des sacs à main, et la pingrerie de leurs parents, et vous comprendrez qu’il est tout bonnement impossible de vivre décemmentMarie-Charline-Pacquot-Pierre-Moscovici sa condition étudiante, à moins d’avoir recours à des expédients plus ou moins avouables : deal de drogue, fraude dans les transports en commun, concubinage avec un ministre…

Face à ces milliers de jeunes filles fragilisées, les adultes qui le prennent sous leur aile sont, de nos jours, systématiquement suspectés de vouloir en profiter bassement. Jusque dans l’université, on traque – horresco referens – le harcèlement sexuel et les abus de position dominante, au point que de nombreux enseignants finissent par ne plus inviter chez eux leurs jeunes disciples.

La solution à ce double problème se trouve donc sous nos yeux. Elle doit s’écarter de toute visée mercantile, et être prise en charge par le ministère de l’enseignement supérieur : un grand programme de financement des études supérieures pour les jeunes filles, par le biais de parrainages volontaires, que l’on pourrait appeler, par exemple, « les bourses du coeur ». Quoique… cela évoque peut-être trop directement les Restos du coeur, la charité, la privatisation de l’assistance publique. Chers lecteurs, vous aurez sûrement des suggestions de noms pour cette nouvelle frontière de la démocratisation de l’université : j’attends vos commentaires !

Publicités

6 Commentaires

Classé dans politique

6 réponses à “Pour un service public des « sugar daddies »

  1. Citizen Kohn.

    Bon, les commentaires ne tombant pas comme les pétales de cerisier au printemps, faut-il en déduire que le thème de réflexion proposé n’est que celui d’un marché de niche ? Pour résoudre à la fois la relative détresse des oies blanches et la crise de solitude des chasseurs-cueilleurs, il y avait bien la proposition très officielle et « social correct » du mariage mais, tombé en désuétude, au moins dans sa version traditionnelle, il ne doit pas s’inscrire dans la stratégie de réseau plus ambitieuse du génie collectiste, d’autant qu’il n’est pas du tout certain que sa modernisation quelque peu excessive lui donnant force de moyen d’optimisation fiscale de la vie en colocation l’ait vraiment relancé. Partisans des services publics (éducation, santé, prison et toutes ces choses ennuyeuses), il était évident d’y penser pour venir en aide à des citoyennes (mais pas seulement, les statistiques démographiques montreront sûrement qu’il y a aussi des jeunes gens très bien qui peinent à entretenir leur voiture décapotable) en difficulté, de plus en plus nombreuses. Est-il concevable d’aller jusqu’à imaginer des maisons spécialisées pour les regrouper dans l’attente des personnes fortunées en mal de générosité ? La rigueur d’un service public offrira-t-elle le faste ou la fantaisie qu’il est parfois bienvenu de trouver pour sceller une relation totalement désinhibée ? Peut-être qu’une chaîne de franchise avec une échelle de d’évaluation de la qualité des prestations exprimée en étoiles… Il paraît, bien sûr, nécessaire – quoi que – de faire en sorte que cette activité ne tombe pas entre les mains du crime organisé pour que les sommes échangées, y compris les frais d’organisation dûment prélevés au passage, ne puissent couvrir le blanchiment de bénéfices en provenance d’autres trafics illicites, même si l’avantage de faciliter le renouvellement du personnel en le forçant à circuler sur un plan transfrontalier pourrait séduire à première vue. Toutes choses égales par ailleurs, nonobstant et en l’état de nos connaissances, il va très vite devenir évident qu’il est nécessaire d’étudier le problème à fond en nommant un groupe d’experts chargés de voyager pour apprécier sur le terrain les pour et les contre de telles ou telles solutions pratiques ! « Vae victis et ad libitum ! », pour reprendre les mots du marin poète arrivant à terre.

  2. Citizen Kohn.

    Lire précédemment : « une échelle d’évaluation » ; sujet exaltant s’il en est, propre à tutoyer les étoiles !

  3. Anne de Bretagne

    Ooooh… Quelle belle idée, M. Fernand.
    Et nous appellerons ces jeunes filles, bénéficiant des « Bourses du Coeur »(ou des « Bourses de la République », au choix), « Les Roses de la République »…

  4. Francis

    Je propose de réunir ces messieurs soucieux de l’avenir de l’enseignement supérieur dans un comité : le Comité des Oeuvres Inter-universitaires pour le Travail.

  5. Francis Bis

    Les étudiantes pourraient se regrouper au sein de la Fédération des Etudiantes Libérées des Avanies par un Travail Impliquant un Orgasme Négocié.

  6. Citizen Kohn.

    Monsieur Francis mériterait au moins un poste de sous-directeur adjoint aux comités inter-cabinets dans le nouveau ministère de l’organisation d’un gouvernement collectiste qui se respecterait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s