Conseils à Robert Ménard

MenardDepuis les dernières élections, un édile attire l’attention : Robert Ménard, maire de Béziers. Élu avec le soutien du Front National, il défraie la chronique par ses choix de collaborateurs, ou par ses mesures loufoques ou scandaleuses : interdiction d’étendre son linge aux fenêtres, fermeture des garderies aux enfants de chômeurs, et encore dernièrement interdiction de manifester contre la corrida.

Évidemment, de telles mesures suscitent, sans doute à juste titre, amusement et énervement. Pourtant, pour bien connaître Robert Ménard, je peux affirmer qu’il n’est pas un mauvais homme. Il y a quelques années, à l’occasion d’un différend avec un journaliste peu sympathique à mon égard, je l’avais contacté comme ancien directeur de Reporters sans Frontières. Il avait eu l’amabilité de me répondre, et m’avait donné quelques conseils qui m’ont permis de me sortir du faux pas judiciaire dans lequel je risquais de tomber.

C’est donc à mon tour, désormais, de lui rendre la pareille. Oh! bien sûr, je n’ai nullement l’intention de m’acoquiner avec les séides fascistes de Marine Le Pen. Je suis un homme de progrès, vous le savez, je ne mange pas de ce pain là. Mais, justement, ne faut-il pas aider cet homme de valeur, malheureusement tombé entre de mauvaises mains, à mener malgré tout une politique valable? Pour faire barrage au Front National, ne faut-il pas justement aller se battre là où il est fort, plutôt que de rester dans notre confort parisien? Je le crois.

Mes conseils sont dans tous les cas simples. Ils tiennent en trois points:

fameux-beret-kangol-L-3La nécessité d’aller plus loin. Trois petites interdictions en plus de deux mois, c’est peu face aux enjeux. Il faut donc proposer au moins une interdiction par jour. Je propose, pêle-mêle: interdiction de se moucher dans la rue (je trouve ça dégoûtant), interdiction des casques de musique dans les transports en commun (la musique est parfois trop forte et me dérange) interdiction du port de la casquette à l’envers (sauf si ce sont des Kangol, pour ne pas détourner les touristes parisiens de Béziers, ou si le porteur est joueur de tennis professionnel).

– Un choc de simplification. La multiplication  des interdictions risque d’être rapidement illisible. Il serait donc plus simple de proposer une liste des choses autorisées, voir obligatoire. Comme par exemple le travail, la corrida, la lecture de Georges-Guy Lamotte.

Une proposition de campagne publicitaire pour Béziers– Un besoin  de cohérence. Toutes ces mesures semblent partir dans tous les sens. Il faut donc leur donner une unité, par un storytelling approprié. Or, je crois que ce qui regroupe tout ce que je viens d’évoquer est assez évident : le Sud. Corrida, linge sale, chômeurs, … tout y est. Un slogan pourrait le résumer : « Béziers : le vrai Sud qui tache! » (mais j’attends vos suggestions de devise, fidèles lecteurs, en commentaire  sur ce blogue).

Voilà quelques remarques préliminaires. Je me tiens à ta disposition, Robert, pour plus de renseignements!

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Collectisme, Georges-Guy Lamotte, gouvernance, politique

2 réponses à “Conseils à Robert Ménard

  1. Pingback: Robert Ménard m’invite à Béziers | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

  2. Pingback: Béziers : l’échec. | L'actualité selon Bloch-Ladurie : Réflexions collectistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s