« Merci pour ce moment », le film : voici les 5 scripts en compétition

francois-hollande-et-valerie-trierweiler-sur-la-scene-de-la-bastille-10692787dsdyy_2348Le tout-Paris ne bruisse plus que de cette rumeur : le roman de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, va bientôt être adapté au cinéma. Oui, mais par qui ? Et avec quels acteurs ? Selon quel scénario ? Valérie elle-même y participera-t-elle ? En exclusivité pour vous, chers lecteurs, j’ai activé mes réseaux chez Pathé, Canal+ et Universal, et suis en mesure de vous dévoile les 5 projets en compétition, à ce stade.

« Valérie T si je mens », de Fabien Onteniente. Lorsqu’elle surprend son président de mari (Gérard Jugnot) dans les bras d’une plus jeune qu’elle (Julie Gayet, dans lejugnot rôle de Julie Gayet), le sang de Valérie (Karin Viard) ne fait qu’un tour : elle décide de le ridiculiser dans tout Paris, photos à l’appui. Mais les boules puantes ne fusent pas que d’un seul côté : très vite, les lieutenants de François Hollande (Victor Lanoux, dans le rôle d’Arnaud Montebourg, et François Cluzet, dans celui d’Aquilino Morelle) s’acharnent à lancer des rumeurs dégradantes. Il faudra l’interposition de Ségolène Royal (Helen Mirren, impériale) pour que tout rentre dans l’ordre… ou pas : qui dit qu’un deuxième épisode ne pourrait voir le jour ?

uma-thurman-in-kill-bill-2« François must die », de Quentin Tarantino : Uma Thurman incarne une Valérie Trierweiler avide de revanche à tout prix, trahie par le chef d’un gang de bikers en scooter (Steve Buscemi). Après avoir assassiné l’intégralité de sa famille (dont Pam Grier, méconnaissable en Ségolène Royal vieillissante), Valérie se heurte au bras droit du chef mafieux (Harvey Keitel, qui incarne un Aquilino Morelle lunatique et imprévisible). Viendra-t-elle à bout de sa sanglante vendetta ?

« Merci, c’est tout. », d’Arnaud Desplechin. Le film s’ouvre sur l’exil de Valérie (Emmanuelle Devos) dans un monastère normand, où elle mène une vie de réclusion, de prière, et de souffrance. Un ami, professeur Emmanuelle-Devosde littérature comparée (Mathieu Amalric), lui rend visite et lui propose d’écrire. Mais comment écrire l’insupportable ? Comment dire l’indicible ? Une longue scène en plan fixe voit les deux amis s’affronter du regard, pleurer, geindre, se réconcilier, pleurer de nouveau. Valérie trouve peu à peu le réconfort dans la musique de Schubert et la fréquentation d’une jeune orpheline aveugle et muette, à laquelle elle dicte son manuscrit. Vient le temps de rentrer à Paris. Mais comment ? Et où ? Valérie retrouve avec déplaisir le monde qu’elle a fui, et passe de longues heures à fumer sans parler à personne, dans des soirées où elle se sent trop vieille. Elle renonce de nouveau au monde, et achète une villa dans la Creuse avec les droits de son dernier livre.

jennifer_lawrence« Thank you for nothing », de George Clooney.Une jeune journaliste idéaliste et pleine de courage (Cate Blanchett, dans le rôle de Valérie Trierweiler) s’éprend d’un politicien retors et cauteleux (Jean Dujardin, chauve et constamment débraillé). Prenant conscience de son erreur, elle voit se resserrer autour d’elle un complot ourdi par des hypocrites qui lui présentent un visage riant (Louis Garrel – Aquilino Morelle, et Antonio Banderas – Arnaud Montebourg). Déjà « la petite pétasse » (Jennifer Lawrence) se prépare à prendre sa place. Valérie perdra-t-elle définitivement ses illusions sur le courage en politique ?

« Merci pour maman », de Xavier Dolan. François (Niels Arestrup), soixantenaire complexé malgré sa brillante carrière politique, voudrait retrouver dans melvil-poupaudchaque femme quelque chose de sa mère. Hélas, après avoir rompu avec Ségolène (Nathalie Baye), et s’être épanché face caméra dans un bureau aux dorures clinquantes, il ne connaît qu’une brève aventure sans lendemain avec Valérie (Suzanne Clément), qui le laisse meurtri et plein de doutes. Il se perd dans des fêtes pleines d’alcool et de bruit, et finit par accepter l’amour d’un transsexuel attendrissant, Julien Gay (Melvil Poupaud).

 

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Divers

5 réponses à “« Merci pour ce moment », le film : voici les 5 scripts en compétition

  1. Roberto Pichao

    Maître, je vous prie de garder ce message le plus secret possible, sinon, je risque d’être renvoyé d’Europa Corps.
    Luc Besson travaille avec ardeur (on avance la date du 14 février pour l’annonce officielle à la presse) à son nouveau projet, « Valery », avec probablement Angelina Jolie dans le rôle de Valérie Trierweiller (renommée Valery pour que le film s’exporte mieux dans le monde), Liam Neeson dans le rôle de François Hollande, et probablement (à confirmer), Megan Fox dans le rôle de Julie Gayet, Jason Statham dans le rôle d’Aquilino Morelle, et Sylvester Stalone dans le rôle du vieux loup Sarkozy.
    Apparemment, dans la version de Luc Besson, Valery est en quelque sorte médium, et aurait, dans des accès de transe, des visions prémonitoire de l’avenir.
    A suivre.

  2. Boris Zaroff

    Cher Maître,

    J’ai également eu vent d’un projet de Jean-Luc Godard, qui devrait prochainement tourner avec Jean-Paul Belmondo (François Hollande), Jeanne Moreau (Valérie Tierweiler), Brigitte Bardot (Julie Gayet), Jean-Pierre Léaud (Olivier Falorni). Pour le rôle de Ségolène Royal, Bernadette Lafont était initialement pressentie, mais des circonstances indépendantes de sa volonté l’empêcheront de participer au tournage. Elle sera remplacée par Marie-Paule Desart, qui fut sa doublure dans Le beau Serge. La musique sera de Kévin Delerue, l’arrière petit-fils de Georges Delerue. Le film devrait s’appeler Le Mépris II, Un président à bout de souffle, ou Pierrot le mou.

  3. Francis

    J’ai eu vent qu’une version olé olé de cette romance était en cours de préparation. Cet opus serait réalisé par Momo le Chibré avec Priape le jeune, Vanessa Tits, et Pat l’empaleuse dans les rôles principaux.
    J’ai hâte.

  4. Boris Zaroff

    Dernier scoop : Costa-Gavras est également sur le coup. Il devrait faire un film très engagé, dans le but de montrer que la politique austéritaire de François Hollande fait le jeu de la droite et de l’extrême droite. Cela devrait s’appeler Ascenseur pour les fachos, ou Les sans-dents de l’amer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s