Pour une laïcité offensive, supprimons les cantines scolaires

7dba664-d3e2-11e4-be20-2452e3368392La campagne des élections départementales a été terne et sans relief, comme d’habitude. Un sujet, tout de même, a légitimement retenu l’attention des journalistes et des politiques : les menus des cantines scolaires. Comme chacun sait, ces derniers sont de plus en plus tenus de faire place à divers interdits religieux : pas de porc pour les musulmans, pas de viande les jours de carême, pas de fruits de mer pour les juifs… La liste s’allonge d’année en année, en raison d’une sensibilité toujours plus aiguë aux traditions religieuses des familles des élèves. Au point de mener à un véritable casse-tête pour les chefs et les diététiciens.

Des solutions existent pourtant. Pas celle des khmers verts qui veulent imposer à tous leur prosélytisme bouddhiste – dont j’ai déjà eu l’occasion de montrer qu’il était une menace pour la laïcité, injustement négligée, en France. Ni celle de Nicolas Sarkozy qui, fidèle à son tropisme ségrégationniste, veut séparer les petits Français en autant de tablées que de confession, à l’heure du repas. Non, décidément, il faut une fois de plus faire preuve de courage et de radicalité : il suffit de fermer une fois pour toutes les cantines scolaires.

Certains élèves se trouveront évidemment démunis : ils n’ont pas toujours la possibilité de rentrer chez eux le midi, ni même de se faire un sandwich au pâté (ou quoi que ce soit d’autre), glissé le matin même dans le cartable. Il faut d’ailleurs éviter, pour d’évidentes raison d’hygiène, que nos chères têtes blondes (ou brunes, ou rousses, ou que sais-je encore) se préparent eux-mêmes leur gamelle. Dès lors, la conclusion s’impose : le repas de midi doit tout bonnement être aboli, pour les enfants et les adolescents en âge d’être scolarisés.

La communauté scientifique est divisée, quant aux effets d’une telle mesure sur la santé des enfants. Certains chronobiologistes font valoir que la pause méridienne n’est que d’un quart d’heure, sans repas, chez les Yanomami de l’ouest brésilien. D’autres ont au contraire observé que les collégiens finlandais obtenaient des résultats en mathématiques de deux points plus élevés lorsqu’ils IMG_3065consomment 20% de viande de renne supplémentaire le midi. A tout cela, il faut bien sûr répondre que les variations climatiques rendent impossible la généralisation de tels résultats d’enquêtes. Développons donc une nouvelle organisation des temps scolaires, par le biais d’une expérimentation dans des écoles pionnières. Cette frugalité laïque (ou laïcité frugale, peu importe) ne manquera pas de produire d’admirables effets : plus d’assoupissement en classe de 14 à 15h ; la fin de l’obésité qui ravage les jeunes générations ; et un appétit renouvelé pour le savoir, à défaut d’autre chose.

Il serait d’ailleurs bienvenu que les enseignants participent à ce projet à leur niveau, en distribuant par exemple des bonbons et des gâteaux aux élèves affamés, vers 16h, si toutefois ils réussissent leurs devoirs et participent en classe. On le voit : il y a là les fondations d’une pédagogie repensée, qui saura à la fois contenter une ferme exigence de laïcité, et encourager des innovations sans nul doute prometteuses. Finissons-en avec les objets de discorde superflus, au premier rang desquels se trouvent les cantines scolaires.

Publicités

5 Commentaires

Classé dans politique

5 réponses à “Pour une laïcité offensive, supprimons les cantines scolaires

  1. Bernard D.

    Cette proposition ne me parait pas très sérieuse.

  2. jacobi

    kmers verts ? vous en etes encore a ce stade de l’evolution ? On impose de la bidoche de qualité mediocre a nos enfants, tous les jours et c’est nous qui sommes autoritaires . Un Vert pas kmer du tout …

  3. J. Grau

    Cher Maître,

    Comme toujours, votre proposition va déclencher l’ire des réactionnaires de tout poil. Il n’est que lire la prose de M. Bernard D. ou de « jacobi » pour mesurer l’abîme qui sépare votre génie visionnaire des Français dit « moyens », et qu’il faudrait plutôt qualifier de « médiocres », pour ne pas dire « nuls »…. Et encore, je remarque que vous faites toujours un effort remarquable de pédagogie, préférant édulcorer quelque peu votre programme plutôt que de heurter trop brutalement les sensibilités de nos compatriotes arriérés. Pour ma part, je n’aurai pas la même retenue que vous. Constituant pour ainsi dire la pointe la plus extrême de l’avant-garde collectiste, je vous propose un projet encore plus radical que le vôtre : et si, plutôt que supprimer les cantines scolaires, on supprimait tout simplement les enfants ? Car l’enfance, contrairement à ce que l’on croit d’ordinaire, ce n’est pas l’âge de l’innocence. L’enfance, c’est l’âge du fanatisme, du conformisme, de la soumission à l’autorité. C’est l’âge de l’impuissance, aussi , avec tout ce que cela implique de frustrations et de violences futures. Les frères Kouachi, avant d’être des meurtriers, avaient été des enfants. Coulibaly était également passé par cet âge périlleux. Et comment oublier le passé infantile d’Adolf Hitler, de Joseph Staline ou de Pol Pot ? Attaquons donc le mal à la racine : supprimons les enfants, et nous n’aurons plus de problème de terrorisme dans les décennies à venir. Naturellement, il sera toujours possible de faire quelques exceptions pour les enfants les plus mûrs, les plus intelligents ou/et les plus favorisés socialement…. L’intransigeance n’est nullement incompatible avec le discernement.

  4. G.H. Bourdelle

    M. Bloch Ladurie, prend prétexte d’un discours scientifique, pour salir avec ses bouffonneries nos repères républicains. Au lieu de défendre la laïcité, cet héritage de la Révolution Française qui jadis guida le monde, il la ridiculise. Il transforme la laïcité, ce magnifique projet du vivre ensemble en un outil d’oppression du peuple qui a faim. Une laïcité offensive et pourquoi pas une laïcité lascive pendant qu’on y est? Ce verbiage inepte n’est pas à la hauteur. Ce discours abscons ne vise en fin de compte qu’a décrédibiliser radicalement et les fondements de notre société. Cette stratégie est une caractéristique de l’anti-France. Y a-t il derrière ce blog un projet politique non dit? Je le pense. D’ailleurs posons les questions qui fâchent: qui finance ce joli site avec ces jolis logos? Poutine, Daech l’EI…
    Et qui a un jour compris quelque chose au collectisme?

  5. Un passant

    Assez de ces mesurettes qui ne résolvent rien. Le cursus scolaire traditionnel français ayant fait la preuve de sa totale inefficacité, il est plus que temps de traiter le problème à la racine en divisant par deux le temps d’enseignement. Une moitié des élèves aura cours le matin, l’autre moitié l’après-midi, ce qui rendra ipso facto caduc le problème du midi.
    Le temps libéré pourra être utilisé par les élèves pour surfer sur internet, jouer aux jeux vidéos, etc., activités qui les prépareront bien mieux que l’école au monde de demain.
    Le non-remplacement d’un enseignant sur deux, devrait par ailleurs suffire pour permettre au budget de l’Etat de respecter les critères de Maastricht. Souhaitons simplement que cette purge trop longtemps retardée se fasse sur des critères d’efficacité et non selon le traditionnel modèle de la cooptation syndicale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s